mercredi 22 février - par Un gars lambda

Être sans abris et connecté - Néo-nomadisme ?

Drôle d'époque : Des travailleurs sont sans abri, des sans abri surfent sur le web.

A quoi bon dépenser un loyer et des taxe foncière quand le confort moderne est au bout de vos doigts ?

 

Allons-nous vers un néo-nomadisme ? un nomadisme urbain ?

 


 



3 réactions


  • Qiroreur Qiroreur 22 février 13:37

    La réflexion n’est pas inintéressante mais elle part d’un postulat faux. "A quoi bon dépenser un loyer et des taxe foncière quand le confort moderne est au bout de vos doigts ?"


    Le confort moderne ? Il y aurait un confort moderne et un autre ancien ? Non, il y a toujours eu un besoin d’avoir un minimum pour assurer sa propre intégrité physique : l’abris pour échapper aux conditions (c’est sûr que c’est moins problématique dans un pays où il fait 30° toute l’année) et aux prédateurs (animaux, humains) est essentiel. Depuis la nuit des temps c’est ainsi.
    Dans la rue urbaine vous êtes à la merci du hasard des rencontres désagréables.

    "Un nomadisme urbain" ? Déjà vos exemples sont biaisés (Japon). Ensuite le nomadisme n’implique pas de vivre sans abris. Un abris mobile peut faire l’affaire. Mais c’est aussi se heurter à la perception de parasitisme que les populations nomades subissent depuis des siècles : des gens qui viennent, s’installent en force dans des lieux qui ne leur appartiennent pas, des gens qu’on ne peut retrouver en cas de pb, etc. Et là encore votre comparaison avec les roms est basée sur une erreur : Les roms ne sont pas des nomades, ils vivent dans des maisons en dur. Rien à voir avec les gitans et les "gens du voyage" en général. S’ils se déplacent c’est parce qu’ils sont expulsés de leurs camps de fortune régulièrement mais les abris qu’ils font en France par exemple n’ont pas vocation à se déplacer (et là d’où ils viennent ils ont des maisons). Quant aux populations rurales qui se déplacent partout dans le monde c’est par survie (faire paitre le troupeau, ne pas exploiter trop longtemps un environnement faute de quoi les ressources disparaissent) et ça n’a rien à voir avec un sans-abris qui squatte à côté d’un supermarché où la nourriture est accessible en barquettes ou jetée dans la poubelle, où il y a du passage et des gens à solliciter. 

    En fait cette apologie du nomadisme est assez dans l’ère du temps, celle de l’homme "inter-connecté", individuel, mobile, non-producteur. C’est oublier un peu vite qu’il faut des producteurs, des gens pour faire pousser les fruits et légumes que vous mangez (ou le bétail), fabriquer les moyens de transport, faire les routes, confectionner les chaussures, bref produire... tout ce que les nomades utilisent. C’est l’opposition nomade-prédateurs / sédentaires-producteurs qu’expliquent très bien certains. Les nomades ne peuvent pratiquement rien produire (au mieux ils commercent, vendent leur savoir et leur main d’oeuvre : ils vendent leurs bras pour faire les vendanges mais pour faire le vin il faut vivre sur place toute l’année). 

    La modernité n’a rien changé à cette réalité et votre sans-abris connecté qui se fera dépouiller et poignarder à 3h du matin dans une rue (y compris en milieu urbain, surtout même devrais-je dire) ne recevra aucun secours de ses "amis" Facebook en Nouvelle-Zélande ni même de ceux à 2 rues de là. Au mieux il y aura un autre "connecté" qui fera une jolie photo de lui et la postera sur un réseau asocial en guise d’illustration pour une épitaphe virtuelle. Il aura droit à des "like" d’autres "connectés" mais n’aura même pas satisfait l’avant-dernier étage de la pyramide de Maslow. Mais qui sait ? Peut-être que les archéologues du futurs ne retourneront plus la terre mais les tombeaux du net... allez savoir... 

  • DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 23 février 09:06

    Je pense qu’un SDF est une personne qui est tombé de sa chaise à un moment donné de sa vie ... Quand on se retrouve dans la rue çà veut dire qu’on a presque tout perdu, apparemment le SDF ne veut pas perdre ce truc d’internet, ce truc qui faisait parti de sa vie d’avant !


  • makhno makhno 24 février 16:44

    Croire qu’une "connection" (virtuelle) en 4 ou 7 G , est une façon d’être moins "exclu" , est totalement débile... !
    L’auteur doit surement passer trop de temps devant son ordi , avoir plein "d’amis" sur ces (facheux) réseaux sociaux , et ne pas avoir vraiment vécu la vie des années 80 (par ex. ) , pour se faire une idée de ce qu’est l’inclusion sociale... !

    Donc ce Gars Lambda , dont les quelques vidéos que j’ai vu m’ont toujours parues creuses et sans intérêts , poursuit son oeuvre narssicique , en croyant pouvoir se mettre à la place des autres (les SDF) et en tirer une conclusion aussi ridicule qu’insultante....

    Son permanent manque de pertinence , m’oblige a penser que ce Lambda ...manque de culture générale , de vécu , et de finesse d’analyse.. ! Les Roms ne sont pas des nomades , et croire qu’une connection remplace une famille ou de vrais amis...est une preuve de son propre aveuglement et de sa propre dépendance à cette FAUSSE VIE VIRTUELLE... !

    Gars Lambda , tu fais trop de vidéos , tu ne bosses donc pas assez les sujets et tu finis par raconter n’importe quoi... !
    Etteind ton ordi et sort... !

    P.S  : Tu es donc allé voir ce que ce "sdf" faisait de son appareil connecté (à 700 Euros... ! quel oeil... !!! ) , mais....as-tu parlé avec lui... ? , as-tu essayé de comprendre le pourquoi de sa situation.... ? ... l’as-tu invité a prendre une douche.. ?


Réagir