samedi 26 novembre 2016 - par Un gars lambda

Dépense campagne électorale ► éléctorat des indécis et des sans avis ► éléctions présidentielles

Dans une vidéo précédente , je constatais que les résultats des votes au premier tour des élections présidentielles pouvaient être corréler avec le montant des dépenses de campagne électorale. Certains ont pensé que ma conclusion était du sophisme. Je vous propose donc un avis personnel qui permet d'expliquer pourquoi tout cela est lié. 

 

 



2 réactions


  • Qiroreur Qiroreur 28 novembre 2016 10:07
    Les dépenses électorales des gens qui arrivent systématiquement en tête ciblent bien les gens qui ne sont pas positionnés politiquement. C’est l’idée forte de votre argumentation et elle parait logique. Les décis ne peuvent pas par définition être convaincus d’une autre idée (ou alors très difficilement : un électeur NPA n’ira pas voter UMP). Ce qui compte pour les grands partis c’est de "mobiliser" le ventre mou du corps électoral, càd tous ceux qui ne veulent pas de ce qu’ils considèrent comme des extrémismes ou convaincus que les autres candidats n’ont tout simplement aucune chance. Du coup ils votent PS-LR sur la base du pseudo-clivage social/libéral.
    Effectivement on est dans l’absurdité : ce sont bien ceux qui n’ont aucun positionnement politique qui paradoxalement décident de l’élection.
    Un phénomène dont vous ne parlez pas ici (peut-être dans la première vidéo que je n’ai pas écouté) est le "vote rejet"(rejet du pouvoir en place depuis toujours ou presque). C’est pourtant le cas de la première force politique française qui a une part de son électorat qui sont des décis, et une autre qui relève du "vote rejet" (il y a un article sur une intervention d’un ancien militaire qui est éloquente à ce sujet, je l’avais écouté en direct et ça m’avait aussi frappé). Contrairement aux gens qui votent écolo, communiste ou autres et qui sont effectivement des gens politisés, l’extrême-droite catalyse ce vote rejet. Pour autant, et répondre à votre question de fin, je ne crois pas que le FN soit resté le parti épouvantail qu’il fut bien sous l’ère Le Pen père. Leur ambition semble (je dis bien "semble") bien être le pouvoir. 
    Réflexion en tout cas intéressante sous cet angle des dépenses électorales, même si ce n’est pas le seul facteur comme vous le dites aussi. 

    • Un gars lambda Un gars lambda 29 novembre 2016 21:01

      @Qiroreur
      Merci . Au moins, il y a une vidéo qui parle de ce sujet sous cet angle.


Réagir