samedi 15 avril - par manu

Le Nucléaire et la gestion impossible des déchets

L'industrie nucléaire produit des tonnes de déchets radioactifs qui resteront dangereux pendant des milliers d'années, un "cadeau" pour les générations futures.

 

 

Un article écrit.

 



31 réactions


  • Maître Cube 15 avril 17:25

    J’entends : « Tous les combustibles seront amenés à la Hague pour être retraités ». Ils mettent les combustibles nucléaire à la retraite ? Qu’entendent-ils par là ?

    Blague à part, il faut voir se documentaire. Les piles atomiques ont été faites à l’origine pour fabriquer du plutonium à bombes atomiques. Puis, on a pensé à faire de l’électricité avec… C’est là que l’engrenage s’est transformé en piège…

    A voir absolument.


    • matthius matthius 16 avril 16:54

      Le projet MYRRHA en belgique permet de recycler des déchets.

      Les centrales de quatrième génération permettent de recycler des déchets.


    • manu manu 17 avril 00:33

      @matthius

      Il y a un énorme erreur dans votre phrase, il en résulte une belle manipulation :

      Un projet ne peut pas permettre de faire quelque chose, puisque ce n’est qu’un projet.

      Ici par exemple on peut trouver une critique de ce projet.

      Extraits : Tout en affirmant les qualités de ses équipements actuels, l’industrie est confrontée sur ce terrain à une forte contestation, qu’elle tente aujourd’hui de contourner par des promesses technologiques.

      Face au changement climatique, elle (cette utopie technologique) conforte d’abord l’idée qu’une rupture de politique énergétique – et à travers elle de mode de vie – est peut-être évitable ; elle distord l’évaluation comparée des alternatives et contribue ainsi à retarder le transfert de priorité, et de moyens, vers des solutions plus tangibles. Mais elle nous entraîne surtout, face aux risques nucléaires, dans une irresponsable fuite en avant, où leur augmentation certaine à court terme serait le prix à payer pour leur improbable solution à long terme.

      Vous aviez déjà fait le même amalgame dans les commentaires sur un documentaire sur le thorium, quelqu’un vous avait répondu :

      Ce projet n’est qu’une supposition, (...) ils n’expliquent pas comment ils vont recycler tout ce qui sera en contact avec cette énergie nucléaire et qui fera ensuite des déchets pour des milliers d’années.

      Ce documentaire que vous avez partagé était très pro thorium le faisant passer pour une solution miracle (comme les centrales de quatrième génération), le thorium est critiqué dans les commentaires de votre article et sur le même site que précédemment, même si il est même si il est plus "lite" que l’uranium.


    • matthius matthius 17 avril 09:31

      @manu
      Le projet MYRRHA permet de produire du Xénon par exemple, à partir de déchets radioactifs.

      https://www.youtube.com/watch?v=ta_GoT0Id_Y

      Les déchets nucléaires produits par les centrales au thorium, qui ont existé dans les années 1960, sont gérables.


    • manu manu 17 avril 13:18

      @matthius

      Le liens que vous mettez est une pub faite par un promoteur du nucléaire, et parle d’un projet, ce n’est qu’un projet qui d’abord n’est prévu que pour 2040 et surtout on ne sait pas si il fonctionnera tel qu’ils le disent.

      Encore un Extrait :
      " La Génération IV a donc comme fonction essentielle de créer la perspective d’avenir indispensable pour enrayer ce déclin (celui du nucléaire). Mais cette utopie technologique, mobilisatrice pour l’industrie et mobilisée par elle, pervertit totalement le débat sur le nucléaire et sa place dans les stratégies énergétiques. Par une sorte de dialectique, si la 4eme génération apporte la caution nécessaire à la poursuite de projets nucléaires – autrement dit, à la construction de réacteurs de 3génération –, elle se présente aussi comme son prolongement inévitable : le recours dans les prochaines années aux filières actuelles repose sur la croyance dans une solution future à leurs problèmes, et porte l’engagement de mettre cette solution en œuvre. "

      En gros vous voulez que l’on continu à produire des déchets avec comme excuse que peut être dans plusieurs décennie les problèmes des déchets seront réduit et seulement réduit car évidemment il restera toujours des déchets radioactifs, et en plus d’ici là des gens continueront à mourir à cause du nucléaire.

      Qu’ils y bossent sur leur projet en attendant de savoir ce que ça donne on a tout intérêt à arrêter les centrales de 1ere, 2eme et 3eme générations et à se tourner vers les autres énergies on pourra alors comparer le moment venu.
      -

      Pour le thorium il faut changer les réacteurs déjà et il a lui aussi beaucoup d’inconvénients (gérable ça ne veut rien dire de précis).

      Le documentaire sur le thorium ne parle pas vraiment de ses inconvénients mais il a au moins l’avantage d’être critique sur l’uranium, un petit passage intéressant.à 51m il dit " si de tels réacteurs plus sures (ceux pour le thorium) étaient déployaient les anti-nucléaires n’allaient-ils pas réclamer la fermeture des autre réacteurs. "

      Et maintenant que les énergies renouvelables se développent on a encore plus intérêt à fermer ces vieux réacteurs qui, en plus de polluer et de produire des déchets, nous expose à un risque d’accident nucléaire que l’on ne peut certainement pas ignorer. 


    • matthius matthius 18 avril 10:37

      @manu
      Il y a aussi un réacteur prévu en France.

      La France régresse à cause de la privatisation du nucléaire. Seulement, la Chine et sa monnaie publique auront leur centrale au thorium fonctionnelle cette année.


    • manu manu 18 avril 16:38

      @matthius

      Je ne suis pas surpris que la chine se tourne vers le thorium, elle est aussi le plus gros investisseur dans le solaire et l’éolien et ça c’est encore mieux, la France est 9ème et dépense seulement la moitié de ce que dépense l’Allemagne dans ce domaine.


  • sarcastelle 15 avril 18:00

    Pour bien moins que ce que coûtent démantèlement, décontamination, enfouissement, etc., on résoudrait le problème du cancer, et alors on se foutrait pas mal des soucis du nucléaire ! Mai son préfère comme toujours travailler à l’envers...


    • manu manu 15 avril 19:31

      @sarcastelle

      Déjà la radioactivité ne provoque pas que le cancer.

      Ensuite je pense que le principal problème pour faire face au cancer c’est la désinformation du à notre société basé sur le profit, on le voit bien quand on sait las problèmes qu’on connu ceux qui parlaient de traitements qui ne rapporte pas de sous à l’industrie pharmaceutique, par exemple le traitement métabolique du Dr Schwartz ou le professeur Joyeux.

      Il existe aussi comme traitement, mais je sais pas ce que ça vaut, le DMSO.

      L’argent colloïdale aide le système immunitaire.

      L’eau ionisé (kangen par ex) est anti oxydante, il ne faut pas en prendre plus de 2 ou 3 semaines d’affilé pour ne pas "affaiblir" la fonction anti oxydante naturelle du corps en la mettant au repos totale.

      Le régime cétogène pour ne pas nourrir en sucre les cellules cancéreuses.

      Le jeune, le sport et l’altitude pour le PH.

      Donc en gros c’est pas vraiment une question d’argent.

      Et le a radioactivité ne touche pas que les êtres humains et provoque beaucoup de problèmes.


    • sarcastelle 16 avril 08:40

      @manu
      .

      Après votre commentaire, voyez ceux qui suivent. L’organe le plus atteint par la radioactivité est à l’évidence le cerveau. 


  • DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 16 avril 00:12

    L’entreprise qui créera une fusée pour envoyer des déchets d’uranium dans le soleil, elle aura tout compris cette entreprise, et elle se fera des couilles en or dans les prochaines décennies, des milliards ... Il n’y que le soleil qui peut nous débarrasser des déchets nucléaires pour toujours !
     
    Prenons conscience qu’un centrale nucléaire fonctionne sur le principe d’un moteur à vapeur ... amélioré certes, mais très très sale !


    • yoananda yoananda 16 avril 00:18

      @DJL 93VIDEO
      j’avais vu passer la news comme quoi les scientos avaient trouvé une bactérie qui était capable de nettoyer la radioactivité. Mais ... plus de news depuis. Le soleil, c’est trop cher, impossible à réaliser avec nos moyens actuels.


    • yoananda yoananda 16 avril 00:19

      @yoananda
      je précise qu’on est un peu limité par les lois de la physique pour envoyer de la masse dans l’espace (avec notre techno actuelle)


    • DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 16 avril 01:42

      @yoananda

      Clairement, le prix de la tonne envoyée en orbitre ou dans l’espace, coute très cher ... Elon Musk avec son SpaceX arrive a réduire les couts avec sa fusée lanceuses qui revient sur terre ... Faudrait peut-être inventer une fusée réutilisable qui embarque un gros missile plein de déchets nucléaire qui s’activera dans l’espace ?

       

      Pour moi, le soleil reste une solution écologiquement durable pour se débarasser des déchets nucléaire ... Les enfouir sous terre reviendrait à transmettre à nos enfants le problème nucléaire de leurs parents ... Cà va pas dans le bon sens, le bon sens veut qu’on aide nos enfants et qu’on leur laisse un monde plus beau que l’on a trouvé !


    • WakeUp 16 avril 01:56

      @DJL 93VIDEO
      Le problème n’est pas tant le coût financier que le coût énergétique. Pour faire sortir une tonne de l’attraction gravitationnelle terrestre il faut une quantité d’énergie fantastique... je ne parle même pas de la faire s’écraser sur le Soleil.

      Cela représente sûrement plus d’énergie que cette même tonne n’en aurait produit au cours de sa vie de combustible.


    • sarcastelle 16 avril 08:55

      @WakeUp

      .

      Il est facile de vous répondre. La vitesse de libération terrestre valant environ 11 km/s, la formule 1/2.m.v² donne pour réponse : environ 16 800 kWh par tonne.

      .

      La fission de tout l’uranium 235 contenu dans une tonne d’uranium naturel donne environ 180 millions de kWh.

      .

      Mais quelle drôle d’idée j’ai là d’envoyer dans le soleil la partie non fissile de l’uranium 238, qui se trouvait très bien sur la terre dans ses mines. Pour se limiter au contenu énergétique d’une tonne d’uranium 235 entièrement fissile, son contenu énergétique est d’environ 25 milliards de kWh (1 tonne d’uranium 235 fissionnée donne 999 kg de déchets de fission).

      .

      Voyez comme un petit rien de connaissance évite les hypothèses gratuites. 


    • sarcastelle 16 avril 09:01

      @WakeUp

      .

      pour faire sortir une tonne de l’attraction terrestre il faut une quantité d’énergie fantastique....je ne parle même pas de la faire s’écraser sur le soleil

      .

      Voulez-vous nous expliquer la différence entre l’énergie nécessaire à arracher quelque chose à la gravitation terrestre et celle nécessaire à ce que cette chose tombe dans le soleil ? 


    • pegase pegase 16 avril 10:09

      @sarcastelle

      Toutes façons du minerais uranifère, j’habite dans les Vosges, ici le radex s’affole de partout, alors quelle idée de dépenser un fric fou pour envoyer des déchets guère plus dangereux que ce qu’on peut rencontrer dans la nature ?

      Sanitairement parlant, je pense qu’il serait plus utile de prévenir les chercheurs de champignon de se prémunir d’un compteur Geiger ... ainsi que les chasseurs qui mangent du sanglier ...


    • lsga lsga 16 avril 13:40

      les fusées, ça peut exploser. Une fusée remplie de déchets radioactifs qui explosent en orbite, ce serait la pire catastrophe nucléaire de l’Histoire de l’humanité.


    • WakeUp 16 avril 15:39

      @sarcastelle
      Un objet qui sort de l’attraction terrestre entre en fait sur une nouvelle orbite héliocentrique, plus ou moins décalée et déformée par rapport à celle de la Terre.

      Pour tomber sur le Soleil il faut atteindre une vitesse orbitale (une fois sur l’orbite héliocentrique) de 0m/s, ce qui n’est pas le cas lorsqu’on sort de l’attraction de la Terre (celle-ci se déplaçant à 30km/s) :

      Si on sort dans le "mauvais sens" on ira plus vite que la Terre, et on s’éloignera un poil du Soleil (ce qui peut être pas mal pour aller sur Mars), et si on sort dans le "bon sens" on s’en approchera un peu, mais pas encore assez.

      => Heureusement qu’on ne tombe pas immédiatement sur le Soleil, sinon il serait vraiment difficile de se "promener" dans ce système...

      Il vaut mieux s’imaginer les orbites comme des positions stables : Lorsque vous allumez vos moteurs dans l’espace, vous déformez continument le cercle ou l’ellipse qui décrit votre orbite. Et vous ne pouvez pas sauter d’un cercle à l’autre. 

      Avec cette représentation on comprend qu’on ne se met jamais à tomber brutalement sur la Terre, le Soleil ou le centre de la galaxie. Tout les transferts se font "en douceur"... par contre l’atterrissage c’est pas garantit.

      Pour votre calcul d’énergie, il omet le fait que pour porter une tonne à 11km/s, il faut du carburant et des moteurs qu’il faut eux-même porter à des vitesses intermédiaires (plus ou moins importantes suivant les étages). Ainsi Ariane 5 qui emporte 10 tonnes de charge utile, pèse 750 tonnes...

      Il faudrait connaître la consommation énergétique réelle des lanceurs actuels pour avoir un ordre de grandeur pertinent.


    • pegase pegase 16 avril 21:35

      @lsga
      les fusées, ça peut exploser. Une fusée remplie de déchets radioactifs qui explosent en orbite, ce serait la pire catastrophe nucléaire de l’Histoire de l’humanité.


      Parfaitement, sans parler des coûts excessifs d’une telle opération !


    • guepe guepe 16 avril 21:46

      @DJL 93VIDEO

      Mais pourquoi le Soleil ? Pourquoi ne pas juste les envoyer s’écraser sur la Lune ?


    • manu manu 17 avril 01:02

      @guepe

      Sur la lune ou sur le soleil c’est des risques, ceux d’une catastrophe énorme.


    • guepe guepe 17 avril 01:15

      @manu

      Quels catastrophes ? Surtout pour la Lune


    • Giordano-Bruno 17 avril 09:43

      @guepe

      L’explosion d’une fusée, avec des retombées disséminées des déchets.


  • Roberton 16 avril 00:46

    La solution la plus simple serait de vitrifier les déchets les plus dangereux, les mettre dans des torpilles et les envoyer s’enterrer profondément dans les sédiments marins à 4000m de fond sous le controle de ONU, il faudrait donc revoir les traités après les abus des années 60 (bidons de 200 litres sans aucune securité) 


    • lsga lsga 16 avril 13:41

      @Roberton
      4000 mètres de fond, c’est très peu. En cas de fuite, les courans marins auront vite fait de disperser tout cela aux quatres coins du globe. 


    • Roberton 23 avril 17:20

      @lsga

      Je ne savais pas que le verre était soluble dans l´eau, renseignez-vous sur wikipedia, La connaissance c´est comme la confiture moins on en a plus on l´étale !!!! 


  • lsga lsga 16 avril 13:43

    "Les Nains ont creusé trop profondement, et avec trop d’habileté. Vous savez ce qu’il ont réveillé dans les ténèbres de Khazad-dhûm. L’ombre et la flamme."


    Ce qu’il nous faut, pour régler le problème des déchets nucléaires, c’est un magicien façon Gandalf. smiley

Réagir