Djam Djam 22 janvier 15:53

@ Zorba

Je ne suis pas une adepte d’Onfray mais pour une fois je vais tenter de la défendre un peu...

Le philosophe n’est pas ambigu, il essaie de clarifier le sens des mots et Dieu sait s’ils sont malmenés, triturés, détournés, abusifs et manipulés par notre médiacratie qui fabrique la bienpensance desséchante de notre piteuse époque.

Ce n’est pas parce que malades mentaux d’une certaine époque ont plié le mot "race" à leurs délires mortifères que le terme en lui-même est une insulte. 

Ce terme, me semble-t-il, permet de distinguer dans une même ESPÈCE des variables, d’une part d’ordre génétique et d’autre part d’ordre culturel.

Oui, il y a bien une seule ESPÈCE humaine avec des variétés dont la couleur de peau varie, dont la structure du cheveux varie, dont les prédispostions génétiques varient... 

Oui, il y a bien des cultures différentes dont les valeurs, les visions, les croyances et les coutumes varient. 

C’est précisément cette extraordinaire variétés d’humains qui fait la richesse de l’humanité et sans doute son originalité. 

Ceux qui s’entêtent à nier ces faits constatables, vérifiables, observables veulent surtout se donner bonne conscience, ils veulent obscurément être dans le douteux camp du Bien et des Bons. La distorsions du sens des mots est leur arme préférée, la négation du réel est leur dada. Ils font partie de ceux qui affirment sans sourciller, sûrs d’eux-mêmes, bons redresseurs de torts qu’un homme et une femme c’est identique. 

A ce stade de négation, on s’interroge sur l’état de santé d’une civilisation qui entend imposer de surcroit sa nouvelle religion de l’uniformisation de tous au reste du monde. 

Le rappel d’Onfray, sur ce point, est simplement du bon sens. Mais quand on veut être un Bon, un Juste à tout prix, a-t-on encore du bon sens ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe