Conférençovore Conférençovore 29 juillet 2022 12:17

Une collègue me bassine avec Ghost depuis des mois. Je trouve ça assez chiant et pas très innovant mais disons que ça passe et que ce n’est tout simplement pas ma came. Par contre, il est vrai qu’ils ont un sens de l’esthétique mais bon... est-ce suffisant ? Pour moi non.

Nestor, c’est du hard FM à la Europe. Franchement j’ai du mal à identifier le génie que l’auteur s’évertue à démontrer. C’est du vu, revu et re-revu x fois.

Le groupe espagnol fait du heavy traditionnel. Pareil. Où est la nouveauté ? C’est du Judas Priest et cie avec 35 ans de retard. Le chant en espagnol passe mal (c’est mon point de vue), comme souvent avec les groupes de metal ou de punk. Cette langue ne se prête pas trop à ces styles.

Sortilège : "Hey les gars, je ne voudrais pas faire de mauvais esprit mais même si le nom du groupe reste dans la mémoire des fans 40 ans après, vous n’avez tout de même pas non plus vendu 10 millions d’albums à l’international."

Ha ha ha, Excellent.Je suis passé à côté à l’époque et pourtant, la scène metal, je l’ai assiduement fréquentée. Les concerts à l’Elysée-Montmartre, la Loco, l’Arapaho (une salle près de la place d’Italie : seuls les vrais connaissent ! smiley ), le club Dunois, le squat du 13, la Miroit’ (plus tard... je ne sais pas si ça existe toujours : les mecs devaient se faire expulser durant des années mais Delanoë leur avait permis de rester), le Gibus, le squat de l’alternation et tant d’autres... Que de bons souvenirs. Bon, Sortilège n’est pas resté dans ma mémoire... C’est du heavy à la Trust/Maiden avec une voix une peu glam qui rappelle un peu celle de Campan dans les Negraboug’bit.

Merci quand même pour les (re)découvertes mais si c’est ça la réalité du metal, je suis bien content de ne plus en écouter depuis des années après quelques classiques (Rust in Peace de Megadeth, Carcass, Sadist, Death, Atheist, Benediction, Deicide, etc).

Si on veut écouter des trucs un peu originaux, il y a Polyphia avec le jeu assez exceptionnel de Tim Henson. Entre prog, maths rock, funk, il y a un sens de la mélodie réel, une recherche permanente et c’est techniquement irréprochable :

https://www.youtube.com/watch?v=Z5NoQg8LdDk


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe