Djam Djam 15 octobre 18:02

Hobbes a pondu ses théories et ses affirmations à partir de ce qu’il observait de son époque. Or, à son époque, on ne peut pas dire que la connaissance approfondie de la nature humaine était précise ni exigeante.

Hobbes se considérait de surcroît comme au-dessus de l’homme ordinaire, pourtant sa pensée est elle-même truffée d’arrogance et de violence à l’encontre de ses semblables.

Lorsqu’il affirme que "les hommes n’ont aucun plaisir à être ensemble", il dit clairement n’importe quoi. Constat fait à l’emporte-pièce, on voit bien que ce "penseur" n’avait aucune connaissance des organisations des peuples exotiques et en particulier d’Afrique.

L’Etat n’est utile que pour lui-même. L’invention de l’Etat vient d’une minorité qui a parfaitement bien compris qu’au nom d’une promesse (?) de représentation, elle allait pouvoir faire voter toutes les lois qui iraient dans son unique intérêt et quasiment jamais dans le sens de ceux du peuple.

La question du "contrat social", chère à Hobbes puis à Rousseau (pour d’autres raisons) n’est rien d’autre qu’un contrat d’intérêt unilatéral, toujours au détriment du plus grand nombre. Hobbes est le maître à penser des... néoconservateurs. Hobbes, peu le savent, a largement été influencé par un certain Machiavel qui ne pensait pas non plus que du bien d’autrui. le "bien" nommé Prince Machiavel ne bouffait à l’évidence pas dans les mêmes auberges que ce peuple qu’il considérait déjà comme un troupeau d’animaux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe