Djam Djam 17 avril 12:24

@Norman Bates
Dans mon pâté de maisons j’aime encore ainsi nommer ces endroits que nos spécialistes es-sémantique à distorsion variable du sens nomment "espace" ou "zone" voire "quartier" quand celui-ci est sensible comme un érythème cutané une partie de la Petite Ceinture de Paname a été aménagée par l’Âne Hidalgo.

Pour cause de "sécurité", mot magique des petits soldats émasculés des guerres invisibles, l’on a fermé l’accès à cette balade. Évidement, rien de plus efficace qu’interdire pour donner envie à tout individu à qui il reste encore deux bolas ou suffisamment de testostérone, pour avoir envie d’enjamber portail ou grille.

C’est le spectacle que nous avons sous les yeux chaque jour mais que nous n’applaudissons pas vu que nos mains restent sensibles à force d’applaudir tous les jours à 20h ceux qui "font le maximum sans compter pour nous sauver". Bon, sur ce point, je l’avoue la corde au cou et agenouillée en chemise blanche dans ma rue, je ne suis pas la moutonnerie qui clape chaque soir au son d’une corne de brume. Tant pis, je serai dénoncée...

Et c’est cette folle envie de délation que je perçois de la part de pas mal de personnes qui, se baladant bien dans les clous et bien équipés de masque, de gants de gynéco et de sauve-conduit dument complété, hèlent les contrevenants en les avertissant qu’à la prochaine tentative ils appellent la marée chaussée.

Ahhhh quelle épique époque nous vivons ! Quoi de plus jouissif que de retrouver au détour d’un square fermé, d’une balade surveillée ou d’une file d’attente chez l’épicier façon RDA, ces belles âmes dont l’agacement de ne trouver en elles le poids suffisant de coucougnettes ou d’ovaires (!) les pousse à la tentation de livrer l’enjambeur de grille au couperet pécuniaire instauré par notre fine équipe de branquignoles noyés dans leur gouvernance à vue.

De 45 à 2020, pas de saut qualitatif chez l’homme de la soumission intégrale. Il y a toujours les suiveurs qui rasent les murs, l’air innocent sous le commode masque, ceux qui pétés de trouille de mourir trop vite, trop tôt, trop mal, préfèrent rester devant leur télé à entretenir l’anxiété donnant le sentiment de vivre encore et... les résistants qui nient le danger pour se sentir vivre. Et puis, il y a les fielleux, les aigris, les amers, ceux qui ne se satisfont d’aucune action sus-mentionnée et optent pour cette facile râlerie matinée de menace envers ceux qui, comme chantait notre grand Brassens, "prennent un autre chemin qu’eux".

La délation est l’arme des poltrons, des envieux, des jaloux... ça en fait du monde.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe