herve_hum 26 mars 20:37

@Zip_N

c’est une façon de voir qui est peut être la bonne, mais je suis pas sûr que ce soit aussi facile à démontrer.

En effet, comment démontrer que le virus exploite la faiblesse de son hôte pour "augmenter sa cadence de nutrition, sa croissance avant de mourir et se reposer pour longtemps, dans le doute de retrouver un hôte.

" et non parce que c’est plus facile que sur un corps en bonne santé ?

Je doute que le virus ait d’autre stratégie que de se répandre le plus possible et que celle qui est la plus efficace, consiste à différer l’attaque de l’ôte pour prendre en défaut sa vigilance. Différer les symptômes, voir, les rendre inexistants.

Imaginez un virus qui ayant comme temps de latence de 3 mois entre le moment de sa contamination et celui de son action et dont l’attaque dure 1 semaine avant de faire mourir ou laisser vivre son hôte !

Et bien, il aurait le temps de contaminer les 3/4 de l’humanité, sans laisser aucune chance de le contrer. Après, tout dépendrait du taux de mortalité.

La question à poser est surtout de savoir quel rôle joue le virus dans le cycle animal ? régulateur naturel ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe