Conférençovore 10 février 08:23

@mjk "N’est-ce pas toi qui vantait constamment les mérites de Mélenchon il y a quelques années"

Tu dois confondre. J’ai détaillé précisément mon positionnement par rapport à Mélenchon qu’il m’arrive encore de lire et n’en ai jamais fait l’éloge (bien au contraire) mais juste expliqué qu’il était sans conteste le plus fin et cultivé des politocards actuels (depuis 20 piges) et le pense toujours. Il y a une petite différence entre respecter la culture (politique ici) de quelqu’un et les idées qu’il défend, son parcours politique, etc. A part les demeurés ou semi, il me semble que la subtilité entre les deux n’est pas difficile à comprendre,.

"As-tu seulement conscience de la désolante banalité de ton "parcours" et de ton "combat" politique ?"

Ah mais je ne participe pas à une course à l’originalité. Oui, il est très banal de passer de très "à gauche" quand on jeune (et qu’on a pas encore bossé...) à un positionnement souverainiste plus tard. Nos esprits sont formatés à une certaine idéologie très tôt durant l’enfance et explique parfaitement ce type de parcours. La réponse est donc oui. Et ?

"Des décennies passées à se tromper en gravitant autour de l’extrême gauche"

Entre l’âge de 15 ans environ et le début de la vingtaine, ça ne fait pas des "décennies". En revanche, des décennies à plutôt être apolitisé. En fait tu racontes n’importe quoi... On ne se connaît pas. Au fait, tout ce que tu sais de quelqu’un sur un forum c’est ce qu’il veut bien laisser transparaître.

"Au fait, tu n’as jamais eu l’impression d’être facilement manipulable ?"

Ça par contre c’est une grande excellente question rhétorique. Nous sommes tous manipulés et tout particulièrement ceux qui croient dur comme fer ne pas l’être. Ce qui change c’est l’impact des manipulations sur les individus. Avec l’âge on le comprend.

Par exemple un type qui a pour avatar un poing avec un fond rouge et un slogan sur fond noir parlant de "pouvoir" et de "paix" n’a même pas besoin de parler pour laisser deviner ce qu’il pourrait bien raconter : l’archétype du merdeux (c’est pas méchant...), au milieu de la vingtaine, la gauchiasse classique mais qui se dit "ni ni" parce que ça fait mieux, probablement un peu anar parce que lui est au-dessus, le genre de gars qui préfère ne pas voir l’éléphant au milieu du couloir parce que cela ferait le jeu de... et qui se dit que lui est trop malin pour tomber dans le piège du billard à x bandes, probablement vaguement alter-mondialiste mzis qui va glisser son petit bulletin LFI, bref un mélenchonien mou, le genre de gars convaincu qu’il n’est pas manipulable alors qu’il est probablement le plus empapaouté de tous... smiley

Dommage pour les solutions. Tu as le droit à un second essai.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe