yoananda2 30 janvier 11:55

@Joe Chip
je n’ai pas d’étude spécifique à l’appui mais je pense qu’il y a 2 phénomènes concomitants.
D’abord, celui que tu décris, de sécularisation avec l’accès au confort et à la technologie occidentale. Il y a la réaction des radicaux qui voient la situation leur échapper.

Mais je pense qu’il y a autre chose qui se passe. Une sorte de courbe en cloche. Je vais essayer de le décrire à ma manière, imagée, caricaturale, mais j’espère que tu comprendras la fond de ma pensée (comprendre ne veut pas dire adhérer).
Quand tu obtiens l’eau courant chaude, l’électricité stable, les antibio, les routes, les hopitaux, les universités, et même une forme de paix sociale, alors, oui, l’attrait des idéologies religieuses s’estompe.
Mais après, plus tard (on parle à l’échelle de l’histoire) tu te rends compte qu’il y a une couille dans le potage du progrès. D’abord une aliénation par la technologie qui demande toujours plus d’attention pour fonctionner, ça ne fonctionne pas tout seul cette infrastructure. Puis il y a un coût en terme de pollution. Et finalement, le social et politique lui aussi va sortir de son voyage de noce avec la technologie. Internet par exemple exacerbe les biais de confirmation, provoque du tribalisme, et noyé dans le flux d’info débilitant on voit un retour en force de l’ignorance, chez nous, avec le terre-platisme par exemple, mais ce n’est qu’un symptôme d’un phénomène plus vaste.
Et je prétends que c’est sur cette pente descendante que fleurit l’islamisme français (et peut-être ailleurs, faudrait vérifier chez les anglais par exemple). Il devient très facile de sombrer dans un islam d’internet qui te vrille la tête avec des empilement argumentatifs (cf le bouquin de Gérald Bronner la démocratie des crédules), avec une défiance généralisée de la parole officielle décrédibilisée par tout un tas de scandales, et même avec la science qui a bien du mal à rester "crédible" (sur le climat et autres sujets). On a des sites de négation de la théorie de l’évolution qui sont très bien fait, et qui demande pas mal de niveau en biologie pour ne pas tomber dans le panneau.
Donc je pense que ce mouvement paradoxal de radicalisation de l’islam en France n’est pas étrange qu’il n’en a l’air, et surtout qu’il n’est pas un baroud d’honneur. Même si "de l’autre coté" on a des islamologues qui sont en train de démonter point par point les présupposés islamiques, il y a une barrière quasi-étanche entre ces 2 mondes, l’universitaire et le populaire.
On a quelques exemples ici de musulmans éduqués qui sont dans islam du net bricolé, sans être des terroristes, mais qui suivent une voie similaire.
C’est ma théorie.
La république (du moins certains) semble faire le pari de la sécularisation à terme et donc du caractère passager du terrorisme. Je ne suis pas de cet avis. Je pense que sociologiquement il va y avoir des grosses bascules avec la prochaine phase de la crise économique et que non, même s’il y a une tendance actuelle à la sécularisation, ça ne tiendra pas la distance en raison du retour des "archaïsmes politiques" (comme disait le GEAB).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe