Norman Bates Norman Bates 13 janvier 10:38

Le parallèle est saisissant...

C’est le courageux journal d’investigation indépendant "TV Magazine" qui le met en lumière...en "une" la binette tout sourire de Brigitte Macron...

Celle que les langues fielleuses surnomment "momie Brigitte" succède à Bernadette à la tête de l’opération "pièces jaunes" destinée à atténuer les douleurs des z’enfants hospitalisés qui souffrent dans leur chair...un sourire sur un petit corps malade, une pincée de baume apaisant sur un cœur meurtri...mes yeux s’embuent, je ne peux y penser...

"TV Magazine" ne fait pas dans la complaisance si j’en juge le caractère subversif et corrosif de certaines questions...

"L’engagement de madame Chirac a couru sur 25 ans, allant bien au-delà de son rôle de première dame. Vous souhaitez également vous engager sur la durée.. ?"

C’est violent...ils n’y vont pas avec le dos de la brosse à reluire, mais cela ne saurait ébranler la sincère générosité, le dévouement sans faille de l’épouse du premier drame de France...droite dans ses talons aiguilles elle se bat vaillamment pour les z’enfants martyrisés par la maladie...pendant que d’autres, et là j’en reviens au "parallèle", battent le pavé et le flic innocent pour se la couler douce au plus vite, de surcroît aux frais de la princesse...ils tiennent à leur golden retraite oisive et luxueuse...ils s’accrochent à leur limousine et leurs rêves de voyages exotiques comme un bigorneau à son rocher pendant que des z’enfants souffrent en silence...

Heureusement il y a Brigitte, l’exemple venu d’en haut, de la sphère des "premiers de cordée", un petit bout de femme qui défie les lois de la biologie pour préserver l’essentiel...elle pourrait reposer son anatomie fripée et usée par une riche carrière d’enseignante, elle qui a élevé et biberonné un président, excusez du peu...c’est pas comme le foyer de gueux qui produit du tourneur-fraiseur, hein...

Mais non ! elle se dresse, péniblement mais fière, face à l’égoïsme ambiant devenu valeur décadente des derniers de cordée, par ses pièces elle réhabilite la couleur jaune souillée par la laideur morale de ceux qui ne pensent pas aux z’enfants qui souffrent et qui...ah je sanglote, j’en peux plus...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe