yoananda2 11 janvier 21:53

@Conférençovore

Et toi, tu es tombé dans la marmite ou bien ?

Départ gauchiste même si je n’étais pas politisé. Juste naïf et j’ai cru ce qu’on me disait sur la république, la France, l’espèce humaine. J’ai cru les bobards de l’ednat, je n’avais aucune autre référence.

C’est la science et un rejet inné du système qui m’ont fait changer. J’adore lire des bouquins scientifique ou des publications scientifique. De l’autre coté j’ai toujours considéré qu’il y avait trop d’abbérrations dans notre société. Et les 2 se sont "mariés".

A un moment je me suis rendu compte qu’on nous avait raconté des cracks sur les races. Les races existent. Les biologistes le savent mais appellent ça autrement. Les mentalités sont différentes d’une race à l’autre. Et tout se tient. Nous sommes des êtres liés à la nature, adapté à certains types de climat.

Bien sûr des petits malins vont te dire que les races c’est un concept d’éleveur (ce qui est vrai) ou que les races sont issus de la craniométrie ou des méthodes de mesure obsolètes (ce qui est vrai), et que le racisme c’est caca boudin (ce qui est vrai car il n’y pas de hiérarchie entre les races du point de vue biologique).

Mais, dans la nouvelle classification phylogénétique, la classification cladistique, il n’y a plus de poissons ou de reptiles, ça n’existe plus car il y a 2 ou 3 cas qui ne rentrent pas dans les anciennes cases et on a du les modifier. Ça n’empêche pas que quand tu vas chez le poissonnier, que tu sais ce que tu auras dans l’assiette. Les races c’est pareil, ce n’est pas rigoureusement scientifique, mais c’est bien suffisant pour comprendre de quoi on cause, et c’est suffisant pour qqn qui n’est pas chercheur en biologie et qui se fou des haplogroupes et de combien est la distance génétique entre x et y. C’est suffisant pour qu’on sache déterminer la race d’une personne d’après ses os, qu’on évite les transplantation d’organe, qu’il y ait des maladies spécifiques et des traitement spécifique par race, que l’age de la puberté soit légèrement différent, ainsi que la taille moyenne du crane, la largueur du bassin, le taux de testostérone chez les hommes, etc...

Et même en dessous de la race, on peut descendre dans les ethnies (même si ce mot est un mélange de culture, linguistique, biologie, politique, histoire). Les français sont majoritaires dans l’haplogroupe R1b-M269. Bien sûr les frontières géographiques ne matchent pas exactement les haplogroupes, mais, pour moi, être français ce n’est pas des papiers, c’est un lien sanguin, des ancêtres communs, une histoire commune. La république, je lui chie dessus avec son universalisme qui veut qu’un africain devient français sur simple demande ou droit du sol. Ce n’est pas elle qui va décider pour moi qui est français ou non.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe