Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 17 avril 11:14

Il y a un peu plus de 30 ans, se rappeler de l’expérience de Coluche avec la politique, ce qui avait commencé comme une blague de potache a fini par des histoires glauques, avec des morts, de la souffrance et un camion, Coluche qui avant de jeter l’éponge avait avoué être dégoûté au plus haut point, par ce monde là, avec cerise sur le gâteau, un Attali moche comme un pou devant son cercueil, qui lui disait : adieu ma poule... Le baiser de la mort. Ce monde là n’est pas le nôtre pourtant c’est ce monde là qui impose nos rythmes de vie, nos servitudes, dispose de nos existences et dicte nos libertés, très étroites. Je ne glorifie en rien les sans dents, car ils peuvent être pires que les dirigeants, ma misanthropie ne peut être que rassurée...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe