yoananda yoananda 17 mars 22:30

@maQiavel
Oui je comprends ne t’en fais pas, à partir du moment ou je comprends les "principes", ce que Chouinard ne sait (savait ?) pas bien expliquer.

J’étudie pour ma part d’autres solutions, j’en reparlerais quand ça sera mûr.

Ce qui est sûr, c’est qu’on est tous d’accord, en tout cas beaucoup, pour dire que le SYSTEME politique (ce qui inclus le système électoral mais pas que) est pourri.

Mon objection principale n’est pas tant sur la perméabilité à l’influence des "tentateurs économiques" (les lobbys), ils seront toujours la quelque soit le système mise en place. Au final la tambouille intra-groupe, on s’en dépatouillera.

Mon objection, c’est plutôt concernant la dynamique inter-groupe, c’est à dire la compétition/concurrence avec les autres groupes (dans le cas présent les autres pays), parce que au final, quelque soit le système qu’on mette en place, s’il est moins performant (évolutivement parlant donc) il se plantera.

Et c’est facile à vérifier : si ce système est meilleur, il suffit de mettre en place un parti politique qui l’utilise EN INTERNE et s’il fonctionne mieux, il écrasera les autres partis. C’est ça le vrai test. Si ça fonctionne au niveau d’un parti, on peut inférer (avec prudence) que ça fonctionnera au niveau national. Je sais que ce n’est pas totalement comparable, mais suffisamment à mon avis.

Tu vois ce que je veux dire ?

Il vaut mieux qu’il fonctionne à petite échelle avant de tenter de l’imposer à grande échelle.

(j’ai proposé en passant un "chemin" pour amener ce nouveau système à éclosion smiley - sachant qu’en plus il y a de nombreuses choses qu’on ne prévoira pas et qu’il faudra polir avec la pratique)

Actuellement les partis politiques se réforment déjà sous l’influence de l’algo-cratie, des machines et, de mon point de vue, l’humain est train de devenir obsolete petit à petit en politique, les machines prennent le vrai pouvoir. Donc ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe