mardi 8 juin - par Conférençovore

Zemmour : il y va (tribune libre) 2/3

Deuxième article sur la candidature de Zemmour. Après celui-ci où j'exposais les indices qui pouvaient fortement laisser penser qu'il allait se présenter, ainsi que ses chances en fonction de différents paramètres, il me semble que cet entretien chez Livre Noir (abonnez-vous) ne laisse plus aucune place au doute. 

Publicité

EZ explique clairement que le travail métapolitique a été fait et qu'il serait temps de "passer à l'action" pour ne rien regretter contrairement à Bainville. On a là aussi les contours à grands traits d'un programme qui semble tenir compte du fait que les questions régaliennes seules ne suffiront pas. Comme je l'avais évoqué précemment dans cette première précieuse contribution (oh ça va hein... ;-) ), les sujets éconolmiques qui n'intéressaient guère le polémiste sont désormais récurrents dans ses interventions, ceci afin d'élargir son auditoire et aller gratter les électeurs LR/UMP/RPR, bref, de la "droite à papa". a l'heure où l'Allemagne adopte des mesures de souveraineté économique telles que la mise en place d'une usine de semi-conducteurs à Dresde (tout un symbole...), nous autres en sommes réduits à nous demander s'il est opportun d'installer des éoliennes en haut des flèches de nos cathédrales qui n'ont pas encore pris miraculeusement feu.

Bref, je le réaffirme à nouveau ici : à la lumière de cet entretien, la seule question pertinente n'est plus de savoir s'il va se présenter mais plutôt s'il va attendre que l'été passe pour faire son annonce à la rentrée qui, en France, est souvent "sociale" (comme disent les médias de masse) ou si cela se passera avant. A titre personnel, je pense qu'EZ et son entourage ont déjà mobilisé un réseau depuis des mois et, qu'en réalité, sa candidature est dans les cartons depuis lors mais nous verrons bien... 

Evidemment, les marinistes (enfin... disons les gens qui, bien souvent, votent pour elle faute de mieux) et Marine Le Pen elle-même semblent fébriles (pour ne pas dire paniqués) à cette idée, pressentant qu'une telle candidature pourrait bien torpiller les chances de l'héritière de Montretout... De même, il n'est pas du tout délirant d'estimer que la candidature de Zemmour serait un excellent moyen de diviser la droite dite nationale et offrir un tremplin à la réélection du petit Mozart de la politique après un son (premier et, espérons-le, ultime) mandat dont les résultats sont : éborgnage de masse des Français de souche, confinements à gogo, pass sanitaire, muselage intégrale de la population, ruine des indépendants, insécurité et laxisme généralisé avec désormais des racailles qui s'improvisent parfois même ouvriers du BTP, poursuite de l'islamisation et de l'immigration de masse et de peuplement, déclassement continu du pays... bref une brillante réussite. 

 

 



2 réactions


  • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 8 juin 12:24

    Bon, je n’y crois toujours pas. Encore moins qu’il ait la moindre chance de devenir président. Mais je reconnais que ce serait amusant. Même de le voir simplement comme homme politique de l’opposition.  smiley


  • sls0 sls0 8 juin 14:13

    On a fabriqué le front national pour agréger une opposition au système gauche-droite à l’idéologie ultralibérale. Une opposition à l’idéologie qui sera rejetée par une majorité de français du moins pendant quelques décennies.

    Le candidat gauche-droite s’usant et le poids de l’épouvantail grandissant, on fabrique un Macron, le français est au centre, on lui donne du centre.

    Le style Macron s’usant, l’épouvantail commence a avoir du poids, on fabrique un Zemour pour diviser l’épouvantail.

    On fabrique ce qui est utile pour garder le pouvoir.

    Zemour est une chose à Bolloré, son rôle n’est pas d’avoir le pouvoir, le pouvoir est déjà dans les mains de l’oligarchie, il doit diviser c’est tout.


Réagir