samedi 13 octobre - par pegase

Team Miche-to : Tutoriel atterrissage en parapente dans un arbre ...

Attention : Vidéo réalisée par des professionnels expérimentés, ne pas tenter de reproduire ...

Le parapente est un sport faisant de plus en plus d'adeptes dans le monde, de nombreuses écoles enseignent ce sport en France, car il ne s'agit pas d'une simple promenade, mais de "voler" au sens propre du terme, avec toutes les règles du vol VFR à respecter (Visual Flight Rules en anglais) afférentes à tout les aéronefs, avions de chasse y compris ... et de comprendre et avoir connaissance de la mécanique du vol, indispensable pour voler en sécurité ...

L'arbrissage est une technique permettant d'atterrir en derniers recours dans des conditions particulières, comme par exemple un fort coup de vent imprévu en fond de vallée, éviter d'atterrir dans une zone traversée par de nombreuses lignes électriques HT, dans une zone urbaine, suite à une avarie matérielle, plus simplement pour sauver sa vie de conditions trop fortes, par exemple si le pilote se fait surprendre par un orage, une marche arrière derrière le relief dans du vent fort.. etc ...

Des pilotes expérimentés nous expliquent en conditions réelles, le choix d'un arbre, et l'utilité de l'arbrissage ...

La direction générale de l'aviation civile (DGAC) est en France l'administration compétente, qui regroupe l'ensemble des services de l'État chargés de réglementer et de superviser la sécurité aérienne, le transport aérien et les activités de l'aviation civile en général ... parapente y compris ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_g%C3%A9n%C3%A9rale_de_l%27Aviation_civile

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_%C3%A0_vue

1) Espace aérien non contrôlé :

  • visibilité minimale de 1,5 km en dessous du FL30 ou 300m/sol (surface S),
  • rester hors des nuages.
  • visibilité minimale de 8 km au-dessus de la surface S, respecter une distance hors des nuages de 1500 m horizontalement et 300 m verticalement.

2) Espace aérien contrôlé :

  • visibilité minimale de 5 km quelle que soit l'altitude, respecter une distance hors des nuages de 1500 m horizontalement et 300 m verticalement.
  • De plus, en dehors des nécessités du décollage et de l'atterrissage, le survol doit s'effectuer à une distance minimale :
  • de 150 m horizontalement et verticalement pour des obstacles isolés,
  • de 300 m en vertical et 600 m en horizontal pour des rassemblements de personnes ou des zones urbanisées.
De plus, il est interdit par :  
Le Ministère des Sports
  • voler sans assurance Responsabilité Civile Aérienne
  • voler en compétition sans Assurance Individuelle
Le Ministère de l'Intérieur
  • décoller ou atterrir sans autorisation du propriétaire des terrains concernés (sauf urgence motivée)
  • voler sans avis des maires des communes concernées
Le Ministère des Transports,

par l'intermédiaire de la D.G.A.C.

  • décoller après l'heure légale du coucher du soleil et
  • d’atterrir plus de 30 mn après l'heure du coucher du soleil.
  •  


21 réactions


  • Norman Bates Norman Bates 13 octobre 17:21

    Encore un article utile et indispensable (au moins autant qu’un sapin de Noël un 14 juillet) d’un auteur décidément en verve...car nul n’est à l’abri d’un accès de crétinerie qui le conduit à atterrir en parapente dans un arbre...


    Dans le même genre je préférais toutefois celui là :


    Demain suite de la série avec le tutoriel "comment je me fourre un œuf dans la narine sans le casser" avant celui consacré à une question existentielle qui nous obsède tous... "comment traire une vache avec des gants de boxe"...

  • sls0 sls0 13 octobre 18:00

    Deux crétins.

    J’en ai vu plus d’un atterrir dans un arbre mais c’était involontaire, le parapente souffre parfois.
    J’en ai vu un qui testait sa nouvelle voile en faisant du soaring, il s’est payé un accacia et une nouvelle voile.
    On se demande parfois pourquoi une voiture se paie un arbre c’est parce que l’on va où est le regard. Si on regarde entre les arbres en bord de route en cas d’embardée, on atterri dans un champs, si on regarde l’arbre on se le paie.
    J’en ai vu un en paramoteur se payer un des trois peupliers qu’il était en bord de piste. Il a regardé le peuplier et se l’ait payer. Galère pour récupérer le mec et sont parapente et paramoteur, merci à la grande échelle des pompiers.

    Pour tester l’histoire du regard c’est faisable en vélo, si on regarde sur le coté, le vélo va suivre. Je l’ai testé en voiture mais avec un instructeur et une piste spéciale verglacée, pas de risque.

    • pegase pegase 13 octobre 23:18

      @sls0

      Effectivement il y a une sorte d’hypnotisme qui s’opère lorsqu’un débutant fixe un arbre, bizarrement il finit dedans, c’est très curieux comme phénomène smiley

      mais ça n’arrive pas aux pilotes expérimentés ...


    • Norman Bates Norman Bates 13 octobre 23:28

      @pegaz la tremblote

      "Effectivement il y a une sorte d’hypnotisme qui s’opère lorsqu’un débutant fixe un arbre, bizarrement il finit dedans, c’est très curieux comme phénomène"

      C’est comme le nigaud qui, attiré par le vide, ne peut s’empêcher de creuser...

      Mais ce n’est pas de "l’hypnotisme"... smiley


    • Croa Croa 14 octobre 18:23

      À sls0 « en faisant du soaring »

      Le « soaring » ça n’existe pas ! Sinon tu peux aller sur un site en anglais mais ici nous parlons FRANÇAIS.  smiley

      Expression correcte : En faisant du vol à voile.


    • Zolko Zolko 15 octobre 09:39

      @Croa : non, "soaring" veut dire "vol de pente", en dynamique sur la brise de la pente. Vol-à-voilé est un terme plus générique de voler sans moteur, et ça comprend les thermiques (contrairement au soaring). Quand on fait le pédant, on fait très gaffe d’avoir 100% juste.


  • Belenos Belenos 13 octobre 18:16

    "Des pilotes expérimentés nous expliquent en conditions réelles, le choix d’un arbre, et l’utilité de l’arbrissage..."


    Dans les prochains épisodes nous découvrirons l’utilité de l’antennissage (atterrir sur une antenne télé) et du clochérissage (atterrir sur un clocher d’église). 

    • pegase pegase 13 octobre 18:59

      @Belenos

      Vous n’avez donc pas du tout compris l’utilité de cette vidéo ? smiley

      Ici il s’agit clairement de sauver ça peau en choisissant volontairement de s’échouer sur un arbre ... rien à voir avec vos idioties ...

      Entre un champ de lignes THT et un bosquet d’arbres, ou une forêt, il faut choisir les arbres, cette vidéo a été réalisée à l’intention des pilotes débutants pour démystifier l’arbrissage, avec un ton humoristique qui plus est ...


    • Belenos Belenos 13 octobre 20:34

      @pegase
      "avec un ton humoristique qui plus est"

      Je suis resté dans le ton. 


    • Norman Bates Norman Bates 13 octobre 20:40

      @pegaz hilarant

      Ah ! je profite de ta présence...et de ton expertise...je flippe ma race depuis cet après-midi jusqu’à faire caca partout partout...il me faut les rudiments en cas d’atterrissage en parapente, en parachute, en deltaplane, en chute libre, enfin peu importe, sur les genoux d’un CRS...je dois connaître les gestes qui sauvent une dignité potentiellement profanée par une matraque dressée en perpendiculaire à l’œil du cyclone, tu vois le truc.. ? pas de la théorie, hein, je veux un tutoriel clair, le genre sphincter à terre, tu vois.. ?

      En creusant un peu tu vas trouver, je n’en doute pas... smiley


    • pegase pegase 13 octobre 23:25

      @Norman Bates

      Un tuto pour vos déplacements en déambulateur ? smiley


    • Norman Bates Norman Bates 13 octobre 23:56

      @pegaz d’échappement (de camion)

      Tu devrais délaisser ton humour de technocrate bruxellois dépressif et pondre un tutoriel consacré à l’indépendance face aux lobbys communautaires pour amuser la galerie...


  • Norman Bates Norman Bates 13 octobre 23:30

    "Attention : Vidéo réalisée par des professionnels expérimentés, ne pas tenter de reproduire"


    Attention : article pondu par un chef d’escadrille expérimenté, ne pas tenter de reproduire.

  • Le Celte Le Celte 14 octobre 10:17

    Faut faire gaffe quand même, un acacia n’est pas la piste la plus prometteuse !


    Superbes décors ! 

  • Zolko Zolko 15 octobre 12:43

    C’est du grand n’importe-quoi : dans les conditions décrites par l’auteur (reculer par vent fort à l’aterro, vol sous une crête, orage...) on ne choisit pas son arbre. L’exemple donné par ces 2 crétins qui volent par beau temps calme dans une vallée avec pleins de champs est au mieux contre-productif, et au pire irresponsable.

     

    Il n’y a que 2 raisons atterrir dans un arbre : soit on s’est écrasé comme une merde, et on n’a pas choisi son arbre, soit on est au dessus d’une forêt et il y a des arbres partout : dans ce cas, éventuellement, on pourrait se dire que certains arbres sont mieux que d’autres, mais ils n’en parlent même pas dans la vidéo. Ils n’expliquent pas s’il vaut mieux viser un sapin, un chêne, un platane, un peuplier ... de même, vaut-il mieux foncer dans le haut d’un arbre et s’y agripper et attendre les secours, ou mieux vaut-il décrocher au dessus de la cime pour parachuter dans les feuillages ?


    • pegase pegase 15 octobre 14:57

      @Zolko

      C’est du grand n’importe-quoi : dans les conditions décrites par l’auteur (reculer par vent fort à l’aterro, vol sous une crête, orage...)


      Non c’est la réalité, c’est ce qui se passe pour de vrais lorsque les conditions décrites sont rencontrées .... Si vous prétendez "c’est n’importe quoi", dans ce cas pour que je vous prenne au sérieux, il faudra me prouver que vous avez 30 ans de vol derrière vous, que vous ayez participé à des compétitions, sélectionné plusieurs fois au championnat de France, Europe coupe du monde etc ... et que vous êtes à minima un professionnel de la discipline ...

      Seulement là on pourra discuter !

      Votre niveau piou piou de basse cour ne suffit pas, en comparaison ma catégorie est celle du super vautour smiley 

      ... et même plus encore ...


    • Zolko Zolko 15 octobre 16:36

      @pegase : j’ai 32 ans de vol derrière moi, en parapente, delta, planeur, et avion. J’ai volé avec des engins que vous n’avez vu qu’en photo. Moi ce sont les aigles royaux des Alpes mes références, alors les vautours ... vous volez dans les Pyrénées j’imagine ?

       

      Donc on va faire simple : quand avez-vous déjà eu besoin d’atterrir dans un arbre ? Et je ne parle pas du poireau qui se fait traîner par une bourrasque mais bien d’un atterrissage plus-ou-moins contrôlé ?


    • pegase pegase 16 octobre 10:41

      @Zolko

      85 sans compter le delta, soit aujourd’hui 33 ans dont pas mal d’années en compétition, probablement vous me connaissez de nom, et peut être que vous avez volé sur une de mes réalisations smiley

      Donc on va faire simple : quand avez-vous déjà eu besoin d’atterrir dans un arbre ?

      Aux 2 Alpes compet nationale A, niveau 3 en vol annoncé par le DE, donc manche annulée en vol  smiley

      Les conditions ont tournées à la cata, c’était le sauve qui peut général, il n’y a eu au final que 1 ou 2 pilotes hospitalisés ...Vous pouvez demander à Jean jean, ou Charles C (qui était au Rteam à ce moment là), ils s’en souviennent encore ... Depuis cet épisode, les pilotes ont boudés les 2Alpes !

      et puis à Chamonix au championnat de France à 200 mtr du goal, et à Bourg Saint Maurice en coupe du monde ... Concernant Bourg, je n’y suis pas allé mais j’ai failli le faire, il y avait des vagues avec de l’écume sur le petit étang bordant l’attéro, vitesse environ 50 à 70 kmh dans les rafales, j’ai vu la ligne THT de près, heureusement j’avais la voile la plus rapide du circuit chargée à 5 kg / m2 ...

      Le DE aurait du annoncer "niveau 3" , j’étais le dernier à boucler le circuit, dans les 18 ou 20 sur une centaine de pilotes, l’atterrissage s’est fait entre le premier barreau et à fond de deuxième avec un débattement de 21 cm sur U3 suspentage optimisé très fin ... autant dire que c’était ultra chaud ...

      Suite à cet épisode, je m’étais farouchement opposé à l’interdiction des VNH en compétition, il faut savoir qu’aujourd’hui les ailes de compet homologuées CCC sont moins rapides que les VNH de l’époque ...


    • pegase pegase 16 octobre 11:30

      @Zolko

      J’ai volé aussi en avion, planeur, mais ça ne m’intéresse plus du tout, il faut savoir qu’aujourd’hui les pilotes parapente accumulent bien plus d’heures que ceux en planeur, et il font des distances que ne permettent pas les planeurs, sauf à avoir votre propre planeur personnel, et du monde pour venir vous récupérer en cas de vache improvisée ...

      J’ai un pote à moi qui s’était mis à fond au vol à voile, il s’est fait jeté de son club après s’être vaché 3 fois à perpette, à 200 km de l’aérodrome smiley

      il est revenu au parapente et il fait des distances comme il veut ...


    • Zolko Zolko 17 octobre 12:37

      @pegase : je vois à quel genre de "pilote" j’ai affaire. Et ça confirme ce que je disais : n’importe-quoi, du gros lourd qui a eu de la chance (jusque là). Le gars qui pense que la sécurité est d’atterrir sur son cul (c’est ce que les 2 rigolos font dans la vidéo, ils ne cherchent même pas à s’accrocher à leur arbre, à freiner leur chute, à mettre les pieds en avant — ce qu’on apprend en parachute par exemple — non, ils se laissent tomber comme des sacs de patates en rigolant)

       

      J’espère que vous n’aurez jamais à vous rappeler le dicton : il n’y a pas de bon pilote, il n’y a que des vieux pilotes.


    • pegase pegase 19 octobre 00:03

      @Zolko

      Je commence sérieusement à mettre en doute vos compétences, je vous ai donné des exemples, ça ne vous suffit pas ? Atterrir dans un arbre peut vous sauver la vie, point barre ! Tout les pilote le savent, même en sortie d’école ...


Réagir