dimanche 11 février - par Cathy

REPLAY : Poutine répond à Tucker Carlson durant l’interview tant attendue (Vidéo en français)

Publicité

Vidéo nettoyée des bruits de fond, plus facile à écouter que d'autres versions où le doublage, (triplage français, anglais, russe ) rend l'écoute désagréable.

Bonne écoute.

 

Le journaliste vedette américain Tucker Carlson avait annoncé que l'entretien avec Poutine serait diffusé ce 8 février. Elle a été mise en ligne. Pendant deux heures, le dirigeant russe est revenu sur les causes du conflit en Ukraine, avant de dessiner les possibilités d'une sortie de crise et le basculement vers un monde multipolaire. Retour vers une histoire commune Le dirigeant est ainsi revenu sur l’histoire de l’Ukraine, faisant remarquer notamment que l’« ukrainisation » des terres du sud de la Russie avait été activement promue par l'état-major autrichien avant la Première Guerre mondiale, pour « affaiblir un ennemi potentiel », et que le nom « Ukraine » avait été inventé par les Polonais, voyant les terres du sud de la Russie comme une « frontière » et non « comme appartenant à un groupe ethnique ». Poutine a ensuite souligné la communauté de culture de la Russie et de l’Ukraine, puis le choc de la chute de l’URSS, incompris en Occident



15 réactions


  • jjwaDal 11 février 17:25

    Vous n’êtes pas contre un peu d’histoire, 30 secondes, une minute ?... Et il part pour une tirade de pas loin d’une demi heure de rappel historique.
    L’histoire de ce qui devait devenir la Fédération de Russie remonte à une époque où les européens n’avait pas découvert le continent américain, alors forcément beaucoup d’américains seront rebutés, quand leurs grands médias leur disent qu’il ne s’est rien passé avant février 2022 pouvant inciter la Russie a envahir (partiellement) son voisin, pas plus qu’il n’y a eu quoi que ce soit avant le 7 octobre 2023 entre les palestiniens et l’enclave sioniste en Palestine.
    Il a oublié quelques arguments majeurs de logique, prouvant la thèse qu’il veut défendre, à savoir l’impossibilité du point de vue russe, de faire autrement qu’intervenir sur le sol ukrainien. Il a évoqué ces points ailleurs, à raison, mais il aurait gagné à les inclure au lieu de remonter aussi loin dans un passé qui intéressera peu de personnes.
    On a du mal à imaginer le président US accordant un entretien similaire à un journaliste russe, pas plus Hitler en 1940 (puisqu’il est si souvent comparé au dirigeant nazi dans les grands médias US) accordant 2h à un journaliste français pour expliquer pourquoi son pays a pris les armes...
    Cette guerre parfaitement évitable défie toute logique basique en géopolitique et va conduire au mieux à une "paix froide" dont nos économies ne se remettront pas.
    A trop jouer au con on finit par se brûler semble être la morale de l’histoire.


    • juanyves juanyves 11 février 21:56

      @jjwaDal
      L’histoire, c’est aussi pour bien faire passer que les frontières ne sont jamais immuables, ni les empires. Donc actes pour les futures négociations.


    • TchakTchak 12 février 08:57

      @jjwaDal

      Sans doute que Poutine, n’attendant plus rien du monde atlantiste, a profité de l’évènement médiatique avec Carlson que les Russes relaieront pendant des semaines, pour parler à ses compatriotes, et surtout aux Ukrainiens plus ou moins russophones ("Vous êtes comme nous, on est là").

      Reste qu’il n’a pas honoré la question récurrente et pertinente du journaliste pour ses compatriotes : "Pourquoi les Américains détestent-ils tant les Russes ?". La réponse, il aurait pu la donner : le Great Game, le Grand Jeu, commencé avec les Britanniques, continué avec les U.S., clairement depuis Frankin D. Roosevelt après sa rencontre de 3 jours avec Churchill sur l’USS Augusta : La G.B. est une île, ainsi que les U.S.A. (isolés entre deux océans). Leurs puissances ne peut-être que thalassocratique : sur les océans, et par le commerce. Le danger, pour eux, a toujours été la tellurocratie, le rassemblement de l’Eurasie, depuis la pièce angulaire du puzzle : la Russie. Raison pour laquelle il a toujours été important d’arracher les pays d’Europe occidentale du continent et même les tourner contre la Russie, une tellurocratie étant plus facile à former qu’une thalassocratie.

      Il aurait ainsi fait comprendre pourquoi c’est en vain que sa main a été tendue pendant 20 ans aux Etatsuniens et fait entrevoir aux Européens ce qu’ils ont perdu avec leur veulerie et à quoi cela les a conduits.


    • jjwaDal 13 février 18:37

      @TchakTchak
      Malheureusement pour la Russie, Poutine "l’européen" a encore du mal à comprendre qu’il s’est trompé de bout en bout sur les intentions de l’Occident (bon, la direction des USA) et à tourner la page. Il ne l’a pas fait, alors qu’il gagnerait à le laisser sombrer dans la décadence à tout point de vue.
      Je pense que Sachs comme Mearsheimer ont donné deux versions plausibles, à savoir pour le premier l’envie de faire payer aux russes de leur avoir tenue tête à quasi parité stratégique pendant si longtemps (idéologique est une autre histoire) et pour le second de l’école réaliste parce qu’ "il ne peut en rester qu’un...".
      La direction des USA refuse de partager le podium avec quiconque et la tête de la Russie a dépassé pendant longtemps, par ailleurs Poutine a été incapable de comprendre que l’U.E. n’accepte aucun entrant pouvant faire de l’ombre à l’Allemagne et incapable de renoncer à sa souveraineté (condition sine qua non d’entrée) et l’OTAN n’aurait jamais accepté comme membre un Etat à parité stratégique avec les USA et supprimant de facto sa raison d’être.
      Voilà pourquoi les USA "détestent" (le rôle des médias arrosés par le complexe militaro-industriel et contrôlés par la pieuvre du renseignement) la Russie.
      Poutine un grand naïf qui sera remplacé tôt ou tard par quelqu’un de bien plus lucide, pour notre malheur.


    • Cathy Cathy 14 février 04:59

      @jjwaDal
      Pour vous c’est de la "naïveté, pour d’autres, c’est de l’art ! ce que les occidentaux ont du mal à comprendre, les Russes ne sont pas avides de sang et de conflits comme eux, au contraire, ils ont les meilleurs diplomates du monde, ce que l’occident belliciste est incapable de comprendre et vu le niveau des représentants occidentaux, on le comprend aisément. De plus, contrairement aux occidentaux, la Russie est autonome à tous points de vue, elle n’a PAS BESOIN de voler, piller, tuer pour exister. Cela créé une approche différente que vous qualifiez de "naïve", parce que vous ne comprenez pas du tout l’action de la Russie dans ce conflit. Le dollar est encore une nuisance terrible pour beaucoup de pays, ce n’est pas le moment de "rompre" car cela entrainerait la pauvreté de millions de personnes, partout, telle et la nuisance du dollar, il y a un temps pour tout et ce temps n’est pas venu. D’autre part, la Russie travaille sur le temps long, apparemment, cela vous a échappé.et quand on regarde :es USA, on se dit qu’ils se sabotent très bien tous seuls, ils n’ont pas besoin d’aide ! 


    • TchakTchak 14 février 10:04

      @jjwaDal

      Poutine vient d’y mettre fin avec sa guerre, mais The Great Game a réellement été l’incertitude géopolitique de plus d’un siècle, le travail tectonique de fond, dans lequel se sont inscrits Kissinger et Brzeziński.
      Sachez-le, chaque fois qu’il nous faudra choisir entre l’Europe et le grand large, nous serons toujours pour le grand large
      Remis dans le dialogue ici : https://lelephant-larevue.fr/thematiques/de-gaulle-rencontre-churchill/
      Ce n’est pas une lubie personnelle de Churchill, mais une évidence pour son pays. Pour limiter l’affaiblissement inéluctable du Commonwealth, il savait qu’il devait l’arrimer avec les Etats-Unis, pas avec une alliance de carpe et de lapin avec la France.

      Poutine "l’européen"

      Pas que lui, toute la population Russe à l’Ouest de l’Oural. Puisqu’il a fait sa grande tirade historique, la première Russie détruite, celle de Kiev, par les invasions hunnique, a été reconstruite depuis Moscou. Mais c’était laborieux : il fallait arrêter les razzias incessantes des Mongols, les digérer dans la société. Et c’est la culture occidentale de la Russie qui l’a permis avec en toile de fond le vieil antagonisme entre nomades et sédentaires. Après avoir été houspillés des décennies par l’Europe Occidentale, il leur faut faire le deuil de sa culture "ancienne manière", qui les a nourris et qui a disparu. Etre des orphelins culturels quoi... Par la force des choses, le tourisme Russes s’est déjà déplacé en Chine, en Turquie, aux Philippines... 

      Il y a eu le travail de Soljenitsyne, pas le premier, pour mettre en évidence la culture slavophile, une mise en forme de doucha, l’âme Russe, son insaisissable présence, aussi contre les travers de l’Occident. C’est maintenant celui d’Alexandre Douguine, mais ça ne reste pas simple de mettre en évidence et en musique une culture.


  • juanyves juanyves 11 février 21:54

    Merci pour cette video en bon français.


    • juanyves juanyves 12 février 11:39

      @juanyves
      Twitter 2 millions de vues. Ne sont pas inclus les différents clones en anglais sur d’autres plateformes ni les vues sur le site de Tucker. Donc en anglais on peut raisonnablement monter à 2,5 millions au 12/02/24 10:30 GMT.
      Si l’on rajoute les différentes versions dans d’autres langues comme le russe ou le chinois, aucun doutes que les 4 millions de vues sont dépassées. Parfois aussi une vue comporte plusieurs spectateurs et il y a la version texte qui elle a aussi ses lectures en différentes langues.
      Quand on regarde le nombre de vues des mainstreams s’efforçant, avec quelle réussite, à faire les ridicules avec des doublons de vues au-dessous des 700 000 on a envie de consoler tous ces neuneus en pleurs.


    • juanyves juanyves 12 février 12:04

      @juanyves
      Pardon pour les chiffres.
      Twitter, c’est 200 millions de vues
      et c’est 400 millions de vues qui sont dépassées


  • juanyves juanyves 11 février 23:49

    Un haut militaire, sous couvert d’anonymité, donne une tout autre version de la cause du limogeage de Zalhujny par Zelenski. Zalhujny voulait évacuer Avdeevka, néanmoins quand Zelenski a appris qu’à Avdeevka se trouvait une fabrique de coke (The Coke Plant), il s’est énervé et a dit niet, Syrskyi, vous me la gardez.


  • Le Glaude Le Glaude 12 février 18:26

    .

    On nous prédisait la FIN de l’Humanité en 2023 !
    .
    .
    Encore un Article sur l’ESCROQUERIE Climatique !
    .
    .
    L’Humanité va disparaitre si nous ne réglons pas le Changement-Climatique d’ici 2023 !
    .
    "Un Climatologue de renom prévient que le changement-climatique anéantira toute l’humanité si nous n’arrêtons pas d’utiliser les combustibles fossiles au cours des cinq prochaines années. Dans un récent discours à l’Université de Chicago, James Anderson – professeur de chimie…
    .
    .
    https://twitter.com/silvano_trotta/status/1756976594902507957


    • yoananda2 12 février 18:29

      @Le Glaude

      On nous prédisait la FIN de l’Humanité en 2023 !

      Je résume :

      l’apocalypse financière = vrai

      l’apocalypse climatique = faux

      mouhahahaha


    • yoananda2 12 février 18:30

      @yoananda2
      l’apocalypse financière = bien
      l’apocalypse climatique = mal

      en fait super cochon il fait exactement la même chose que ce qu’il reproche à d’autre. Non mais quelle surprise. Ho mais quelle surprise !


    • Le Glaude Le Glaude 12 février 19:40

      @yoyo-l’idiote-de-service
      .
      .
      Pour yoyo la conne
      .
      .

      l’apocalypse financière = FAUX

      l’apocalypse climatique = VRAI

      .
      .
      Bon , la Conne n’a jamais donnée de preuves de contradictions , mais donne toujours son avis ! ...... LOL !

      .

      .


    • Conférençovore Conférençovore 13 février 08:20

      @Le Glaude .

      ..

      .

      FAUX !!!

      .

      .

      . .


Réagir