mardi 21 juin - par tobor

Qu’est-ce qu’une femme ? Un tabou du wokisme

De la difficulté d'un journaliste à explorer la question féminine (et qui aurait été semblable s'il avait demandé "Qu'est-ce qu'un homme ?")

Le wokisme a petit-à-petit pris place dans la société, dans la communication et dans les esprits. Il incarne la convergence de multiples préalables, pré-acquis et cette mise-en-abyme actualisée a des airs de déjà-vu.
 
Déjà vu dans l'histoire de l'art, depuis que Marcel Duchamp a érigé cet urinoir en œuvre d'art. Les débats vieux d'un siècle qui s'en sont suivis et qui se poursuivent encore étaient précurseurs de ce qu'il adviendrait de nombreux domaines autrefois évidents et on en est aujourd'hui devant des questions absurdes :
"Qu'est-ce que l'art ?", faisant fi de l'histoire de l'art, de disciplines majeures ou mineures, de la transmission de techniques et de figures au profit de l'imagination et de la liberté.
... ou "Qu'est-ce qu'une femme ? en oubliant qu'il s'agit de la femelle de l'espèce humaine", celle qui possède le potentiel biologiques de porter les fœtus et de nourrir les bébés, vérité devenue sexiste.
 
Mais le sujet que représentait Duchamp ou Plus tard Andy Warhol ou encore Piero Manzoni avec sa "Merde d'artiste" ne regardait qu'un nombre très limité d'intéressés pour confronter des points-de-vue, rares étaient ceux et celles qui accueillaient joyeusement ces nouveaux concepts parmi les profanes. Le wokisme a de son côté franchi cette barrière en s'y prenant à temps et en arrivant par derrière, si bien qu'il a accompagné en sourdine l'évolution de nos sociétés dans ce qui semble être un incontournable processus en trois étapes :
 
Victimisation - acceptation - obligation (l'obligation n'est pas forcément un couteau sous la gorge, l'usage de la bien-pensance amène le naïf à se sentir obligé)
Publicité
 
Ça vaut pour l'art, pour le concept de "différentes races humaines" et ce que recouvre le terme LGBTIQ, trois sujet phares du wokisme. La remise en question des genres tel qu'il s'agirait d'une construction sociale complètement distincte du sexe biologique tend à nier en bloc certaines évidences et on entre de plein-pied dans l'inversion des valeurs et le refus de dialoguer, d'entendre prononcer ces évidences. Une sorte de nouveau point Godwin à la gâchette facile a vu le jour pour clôturer la discussion avec ce qui sera décrit comme sexiste, homophobe, raciste, fasciste, préhistorique, peu importe, irrecevable. C'est la chasse aux sorcières, des journalistes se font virer pour un mot de travers, des profs sont exclus pour avoir évoqué des évidences...
 
L'affaire "Jean-Michel Trogneux" qui reste latente rencontre une certaine résistance dans la presse officielle et la réponse woke devant l'interrogation qu'elle suscite reste par excellence :
"Et alors ? Si yel est bien comme ça je ne vois pas où est le problème".
Le fait est qu'il y a une forme de tromperie, peu importe qu'elle touche au genre. C'est un peu comme réussir à faire avaler de la viande à un végétarien sans qu'il s'en rende compte, comme faire avaler du porc aux musulmans via des sucreries fruitées. Dans la perspective où ce serait avéré, le candidat Macron aurait pu fièrement se présenter en couple LGBTIQ et il n'y aurait ni hypocrisie, ni honte, ni arnaque symbolique à la crédulité du monde entier. Toute la question transgenre est ainsi éludée et n'en pose pas moins question puisque au lieu de porter plainte pour diffamation, Brigitte à porté plainte pour homophobie.
La présence croissante de trans devenus féminins, souvent versés dans la sur-féminisation voire la provocation tend de toute façon un piège aux pulsions masculines naturelles et aux choix de certains.
 
 
Chaque pan bien-pensant du wokisme cache son arnaque. Les noirs, tout comme les femmes et LGBTIQ font l'objet de discrimination positive à l'embauche, laquelle est à l'opposé de l'abolition des différences qui est prônée. C'est pourquoi l'étape "obligation" nécessite des inversions de valeurs, pertes de repères qui signent une baisse du niveau cognitif, c'est pourquoi il n'y a pas d'argument pour soutenir un débat et pourquoi il n'y a que le Joker "dinosaure" (Je ne parle pas avec les gens qui pensent comme ça), très semblable à la carte "complotiste". L’avènement d'une société complètement woke fait un peu froid dans le dos et nous rapproche du modèle idiocratique. Le wokisme qui rompt avec ce que furent la sagesse et la logique n'a pas pour autant de modèle viable et enviable à proposer, seul l'abrutissement avec si possible une fascination pour le transhumanisme, c'est une fuite en avant qui déracine les valeurs premières transmises depuis des temps immémoriaux.
 
Personnellement, je n'y oppose pas un conservatisme renfrognard et passéiste mais une résistance à la bêtise.
 


30 réactions


  • PLACIDE2 21 juin 13:00

    Une femme c’est XX, un homme XY on est libre de maquiller notre réalité génétique si cela nous fait du bien , c’est une affaire personnelle qu’on peut choisir d’extérioriser , sans importuner les autres par de l’hystérie,de la provocation , du prosélytisme .


    • tobor tobor 21 juin 21:47

      @PLACIDE2
      C’est aussi originellement l’affaire de cas particuliers et on peut sentir une volonté de normalisation, de généralisation sur un modèle idéalisé et vendeur auprès d’un publique cible.


    • Djam Djam 21 juin 22:39

      @PLACIDE2

      "on est libre de...".... ben voilà, c’est bien ça LE gros problème de notre civilisation en phase terminale... Si je veux être un bigorneau, ben quoi, j’chui libre non ? s’écrit le crétin du progressisme délirant du 21ème s. abreuvé aux psychoses américaines qui, elles, ont carrément viré à la démence.

      La "liberté’ en question, dont je gargarise les transformés-en-surface, n’est rien d’autre qu’un réflexe, une assignation bien encodée par la vacuité du vulgum pecus occidental qui, effectivement, sait de moins en moins qui il est et du coup... décide d’être dun clébard, un trans, un lapin ou un sac à main ! A quand ceux qui voudront s’affirmer vraiment con ?


    • Boris Boris 22 juin 11:11

      @Djam

      Le responsable de cette dégénérescence est sans conteste la pollution génétique à cause des perturbateurs endocriniens, de plus en plus d’enfants naissent avec des tares neurologiques entrainant cette déliquescence comportementale et ce, dès le plus jeune âge. Polluants divers et variés y compris et surtout dans l’alimentation moderne.  


    • Djam Djam 22 juin 23:49

      @Boris

      Exact ! et j’ajouterai, le discours idéologique dicté par les merdias du progrèsisme psychotique qu’on inculque aux enfants dès la maternelle....


  • ged252 21 juin 17:24

    Bon je vais encore me faire des copains, 

    .

    Selon Lacan, Jacky pour les intimes : 

    .

    LA Femme n’existe pas.

    .

    La femme est un trou

    .

    Il y a pré éminence du principe Mâle

    .

    La femme est un homme castré, j’en passe et des plus mûres


    • ged252 21 juin 18:00

      L’enfant est fils du père, car c’est l’homme qui veut

      .
      Sade


    • tobor tobor 21 juin 21:27

      @ged252
      Sade avait dû rater un épisode....
      L’homme veut sans doute un peu tout le temps alors que la femme a ses grosses montées de libido quand elle est féconde.


    • tobor tobor 21 juin 22:11

      @ged252

      "Bon je vais encore me faire des copains, "

      Surtout des copines !
      .
      Faut voir ce que tu en penses (?) ça peut être ironique de ta part, Jacky était lui sans doute très sérieux, quoique, j’en sais rien, je ne suis pas un intime...

    • ged252 22 juin 10:28

      @tobor

      car c’est l’homme qui veut


      .
      C’est toujours l’homme qui veut la relation sexuelle, et les femmes l’entendent bien de cette façon, c’est à l’homme de vouloir, elles, elles ne vont jamais vers l’homme pour lui proposer une relation, elles estiment que ce n’est pas à elles de le faire.
      .
      C’est a l’homme que l’enfant appartient puisque c’est lui qui a voulu, mais après on entre dans le domaine religieux ou les uns pensent que la femme est la chef de famille, et d’autres que c’est l’homme qui doit l’être.

    • ged252 22 juin 10:37

      Lacan disait que les femmes étaient folles, toutes folles.
      .
      Mais en fait non, il disait qu’elles entraient dans la psychose pour plaire, séduire l’homme. Pour répondre à ses désirs.


    • ged252 22 juin 10:46

      Plaire, faire plaisir, être aimée, la vie d’une femme.


    • ged252 22 juin 13:32

      IL y a aussi la réflexion de Zemmour que personne n’a noté, encéphalogramme plat.

      La femme est un attribut de l’homme.

      .
      Alors qu’est-ce que ça veut dire, hein ?
      .
      IL y a 2 choses dans la vie : les substances et les attributs.
      Les substances ce sont les animaux, les végétaux et les minéraux (les objets), et il y a les attributs : petit, grand, beau, intelligent, gros, maigre ... ect
      .
      Les substance existent pour elles-mêmes et par elles-mêmes, par exemple l’homme existe par lui-même, alors que les attributs n’existent pas par eux-mêmes mais pour être les attributs de la substance.
      .
      Par exemple petit, gros, beau, n’existe pas par eux-mêmes mais pour être des attributs de l’homme.
      .
      C’est à cette relation là, que Zemmour fait référence, l’homme existe pour lui même et la femme, pour être un attribut de l’homme, la femme d’un homme.
       

    • Djam Djam 22 juin 23:52

      @ged252

      Et c’est même rigolo parce qu’on peut inverser le refrain !
      L’homme n’existe pas
      L’homme est une banane pas mûre
      Il y prééminence du principe féminin... (tous les foetus sont féminins avant l’influence de l’hormone masculinisante !)
      L’homme est une femme sans utérus, donc inutile 
       smiley


    • ged252 23 juin 09:27

      @Djam
      Mais oui, bien sûr ! 


    • tobor tobor 27 juin 00:58

      @ged252

      "C’est toujours l’homme qui veut la relation sexuelle, et les femmes l’entendent bien de cette façon, c’est à l’homme de vouloir, elles, elles ne vont jamais vers l’homme pour lui proposer une relation, elles estiment que ce n’est pas à elles de le faire.

      C’est a l’homme que l’enfant appartient puisque c’est lui qui a voulu, mais après on entre dans le domaine religieux ou les uns pensent que la femme est la chef de famille, et d’autres que c’est l’homme qui doit l’être. "

      Ça ne ressemble pas à mon expérience. La mère de mes fils avait très envie de relation sexuelle à des moments clefs parce qu’’elle avait très envie d’enfants. Moi j’étais (presque) toujours partant mais je n’avais pas envie d’enfant.
      Ma compagne actuelle a une certaine libido et n’hésite pas à m’y inviter.
      Il existe à part sa libido, milles raisons pour qu’une femme veuille ou désir ou impose l’accouplement....

  • PLACIDE2 21 juin 17:49

    Témoignage d’un trans qui explique le cauchemar après ses opérations : « Fuck à tous ceux qui ont laissé ça arriver" : https://lemediaen442.fr/


  • rinbeau rinbeau 21 juin 20:38

    qu’est-ce qu’une femme ????

    Un homme comme les autres !!!


  • sylvain66 21 juin 21:33

    le wokisme est le cache sexe des élites occidentales .Ils ne l’ont mis en avant que pour qu’on évite de se concentrer sur eux, leur enrichissement faramineux, leur hold up sur la société et les nations.

    En passant, ils ont mis sur le devant de la scène des groupes sociaux qui avaient enfin obtenus une certaine tranquilité, les mettant en danger sans aucun scrupule .


    • tobor tobor 21 juin 22:50

      @sylvain66
      En même temps, nos sociétés occidentales ont connu divers changements de paradigme avec des murs entiers de valeurs qui s’effondrent. Les hommes à longs cheveux étaient scandaleux, obscène avant la fin des ’60s, puis c’est entré dans les mœurs même si certains sont restés campés dans leur position, ils allaient vieillissant vers la porte de sortie. N’en va-t-il pas de même avec le wokisme ?

      Le wokisme m’insupporte profondément, il est beaucoup plus global et grave qu’une coupe de cheveux, sujet devenu désuet, mais il faut se rendre à l’évidence qu’il est plus répandu qu’on oserait l’imaginer. Cette façon simplifiée, édulcorée de penser et d’évacuer tout discours divergent sans avancer d’argument tangible est du pain béni pour la jeunesse, surtout depuis qu’elle est à moitié encrée dans le virtuel. Le wokisme arrive-t-il tel un raz-de-marée qui emporte tout laissant quelques spectateurs médusés parmi la foule enthousiaste ?
      C’est certainement la décadence qui quitte son rythme de croisière et qui passe la troisième !


  • TchakTchak 21 juin 22:47

    Moment d’anthologie, pour moi, de 18:50 à 25:43 avec Patrick Grzanka, professeur d’université en études du genre et de la race (quelque chose comme ça, je ne suis pas encore à jour). Le texte de l’échange est parfait. Avec le point final à 1:30:26. L’université : le temple de la raison qui perd ses pédales cognitives.

    Avant, dans la vidéo, je ne comprenais pas : je me demandais si Matt Wash montait des sketches avec ses interlocuteurs, s’ils n’étaient pas figurants d’une fiction qu’il aurait construite.

    Après, j’ai continué, mais en luttant contre la nausée.

     

    En fait le principe est simple : une fabrication sémantique avec –phobe.

    " Vous n’aimez pas les transsexuels, vous avez quelque chose contre eux ?

    - Heu…

    - Vous êtes transphobe ! ".

    A partir de là, tout se déploie et conditionne l’ensemble de société et ses aspects à interdire toute opposition à l’envie d’un transsexuel car c’est le dénigrer, l’oppresser, c’est transphobe. Et il faut éduquer toute la société au respect de la transsexualité : un enfant joue à vouloir changer de sexe ? Aller contre son imaginaire est transphobe.

    -phobe est le moyen sémantique et implacable d’un totalitarisme à cliquets sans retours et indéfinis.

     

    Bientôt en France, sans doute…


  • ezechiel ezechiel 22 juin 00:53

    Le wokisme est une idéologie américaine dérivée du marxisme culturel (école de Francfort migrée aux USA après la deuxième guerre mondiale). Elle prône que l’égalitarisme et la liberté individuelle ne s’obtiendront que par la destruction de la toute puissance de l’homme Blanc garant de l’ordre établi, oppresseur colonialiste des minorités ethniques, des musulmans, des arabes, des noirs, des femmes, des gays, des lesbiennes et autres transgenres. L’ennemi, c’est l’homme Blanc.

    Aux USA, même l’armée est formée à la haine de la race blanche.

    L’objectif est donc de déconstruire la civilisation européenne : c’est-à-dire anéantir le christianisme, la famille, la hiérarchie, le patriarcat, la nation, l’armée, la police, l’élite culturelle, le mérite scolaire, l’architecture, les arts, la littérature.

    La réalisation pleine et entière du wokisme passe par la destruction de la civilisation chrétienne européenne et l’éradication totale et définitive de la race blanche.


  • méditocrate méditocrate 22 juin 00:56

    Quel charabia pour finalement venir pleurer que les blagues de tonton misogyne bourré en bout de table sont plus sensiblement acceptées que par le passé...

    Ben oui les Z et les suivants sont plus sensibles que les boomers et X, va falloir s’habituer et prendre plus de gants.

    Les moeurs ont changés ma bonne dame, tiens une petite chanson 1984, des paroles qui se voulaient sûrement pleines de bon sentiments mais qui aujourd’hui se retourneraient contre son auteur...

    Toi, t’aurais voulu jouer Hamlet
    Mais les propositions qu’on t’a faites
    Ce sont des grands mélos d’amour
    Et des feuilletons au kilomètre
    Dans ton uniforme de vedette
    Tu fais des shows et des conquêtes
    Tu t’es fait débrider les yeux
    Mais comment faire pour qu’ils soient bleus
    Hong-Kong star
    T’es pas né là où tu voulais
    T’as pas la peau qu’il te faudrait
    Celle du vrai pays du dollar
    Hong-Kong Star
    Tu ne remercies pas le hasard
    Dans ton Las Vegas de bazar
    Tu fais tes rêves en blanc et noir
    Hong-Kong Star
    T’as un chinois dans ton miroir
    Tu n’es qu’une Hong-Kong Star

  • Boris Boris 22 juin 08:00
    Qu’est-ce qu’une femme ?

    Avant toute chose c’est une emmerdeuse patentée... Toutes !


  • joelim joelim 22 juin 13:11

    La meilleure étude sur la femme : https://www.youtube.com/watch?v=PrAg6oOr-bc

    (The Hot Crazy Matrix, a man’s guide to women, présenté par Dana McLendon et sous-titré en Français)


  • Jean Keim Jean Keim 23 juin 07:12

    Pour beaucoup d’hommes... enfin je crois, je l’espère, une femme permet d’écrire une égalité incroyable :

    1 + 1 = 1


Réagir