jeudi 6 mai - par Conférençovore

Le grand remplacement - Renaud Camus chez Bercoff (Sud Radio)

Voilà probablement le sujet le plus brûlant qui soit en France. Ce sera même probablement l'un des volets de ce qui sera probablement LE grand sujet de 2022 (celui de l'insécurité, de l'immigration, de l'islam et du terrorisme) au côté de celui plus classique de l'économie (pouvoir d'achat, chômage, etc) et probablement également celui de la santé (exit l'environnement... mais où est donc passée Greta ?)

Bercoff (dans tous ses états) chez Sud Radio (abonnez-vous) reçoit Renaud Camus auteur et vulgarisateur du concept de "grand remplacement", théorie considérée comme "complotiste d'extrême droite, raciste et xénophobe selon laquelle il existerait un processus, délibéré, de substitution de la population française et européenne par une population non européenne, originaire en premier lieu d'Afrique noire et du Maghreb."

Il évoque également le "remplacisme global", l'idée d'un homme réduit à une "matière indifférenciée déplaçable" et qu'il juge comme étant le plus grand crime du 21ième siècle et même un "génocide". Les termes sont forts mais il ne faut pas perdre de vue que Camus est avant tout un littéraire... 

Publicité

 

Les détracteurs de cette "théorie" que certains considèrent comme un théorème sont nombreux. L'inénarrable démographe Hervé Le Bras la considère comme "une sinistre farce". Selon lui, on assiste en France, comme dans les pays comparables (comprendre occidentaux), à « un métissage généralisé » puisque « selon les chiffres de l’Insee de 2013, 40 % des naissances avaient un parent ou un grand-parent d’origine étrangère ». Selon lui « on peut dire effectivement que la population française d’origine va être remplacée par une population mixte. Mais ce n’est pas ce que dit le grand remplacement, qui pense qu’on va être remplacé par d’autres, différents de nous. Le grand remplacement, effectivement, c’est celui de Français de plusieurs générations par des Français qui ont du sang étranger, par le métissage ». Selon Eric Dupin, "la vision [de Camus] est racialiste, pour ne pas dire raciste". 

Alors fantasme ou réalité ? Ce qui est certain est que l'idée a fait son chemin et pas seulement parce que des activistes l'ont promue depuis longtemps (de Barrès à Raspail en passant par Bardèche et Binet) mais parce que les visages de la France et de l'Europe Occidentale ont rééllement, incontestablement changé à tel point que ce changement n'est en réalité même plus nié comme il pouvait l'être encore il y a 5 ans à peine.

Le fait est que ce genre de débats auraient été impossibles il y a peu. De Villiers, Dupont-Aignan, Robert Ménard, Zemmour, Le Pen, Chevènement et même des personnalités de la droite dite républicaine ont évoqué ce changement à travers différents termes : "colonisation" pour certains, "invasion", "remplacement" ou "substitution" pour d'autres. Ce débat est devenu vif et si certains continuent de considérer qu'il est raciste de parler de "remplacement", ce procédé de diabolisation est de moins en moins employé au point que certains préfèrent même admettre un "basculement" qui, en, réalité, signifie peu ou prou la même chose : une mise en minorité, progressive, localisée d'une population originelle par une autre, plus ou moins métissée.

Alors évidemment, ce changement de peuple n'est évidemment pas uniforme sur un territoire comme celui de la France. Il touche principalement les grandes métropoles et, désormais, des villes moyennes voire plus petites mais asez peu le monde rural mais une chose est certaine : le sujet est devenu impossible à balayer du revers de la main et ce qui est devenu un objet de débat n'est donc plus la réalité du phénomène en lui-même mais plutôt son ampleur, l'apport positif (ou pas) qu'il peut constituer. Ce qui est contesté n'est plus cette réalité mais l'idée qu'il s'agirait d'un plan ourdi pour submerger l'Europe de populations extra-européennes. Ainsi, pour la plupart des observateurs et critiques de cette hypothèse (le terme "théorie" étant sémantiquement inadéquat), le complotisme reste l'axe majeur pour "réfuter" (ou plutôt décrédibiliser) ceux qui évoquent ce changement bien qu'il soit... bel et bien réel : On peut d'ailleurs constater le contraste entre ce type de débat en France et le fait que la mise en minorité des Européens dans plusieurs grandes villes hollandaises, belges, allemandes ou suédoises n'est même plus un sujet de discussion mais est devenu un objet d'étude. J'en veux pour preuve celle-ci, financée à 100% par... l'Union Européenne : https://bamproject.eu/

Sur la page d'accueil vous pouvez lire que seulement 1/3 de la population d'Anvers de moins de 19 ans n'a aucune orgine immigrée, qu'à Malmoe (Suède), c'est 46% de la population et qu'à Amsterdaam et sa banlieue, 40%. A Bruxelles, des proportions encore plus basses ont été récemment publiées (22,5%). Autrement dit, la mise en minorité des Européens dans certains pays d'Europe de l'Ouest et au moins de manière localisée, est bien attestée.

 

 



16 réactions


  • sls0 sls0 6 mai 13:05

    Voilà probablement le sujet le plus brûlant qui soit en France. Ce sera même probablement l’un des volets de ce qui sera probablement LE grand sujet de 2022 (celui de l’insécurité, de l’immigration, de l’islam et du terrorisme) au côté de celui plus classique de l’économie (pouvoir d’achat, chômage, etc) et probablement également celui de la santé (exit l’environnement... mais où est donc passée Greta ?)

    Comme Camus a fait aux élections 0,05 et 0,01%, je ne suis pas sûr que le français moyen soit sensible à son discours.

    Il y a que les froussards identitaires qui font attention à son discours.

    A l’époque où il enfilait des km de bite dans des p’tits culs musulmans il était certainement plus multiculturel. Le changement est certainement dû à un problème d’érection ou les jeunes musulmans locaux sont moins chauds pour se faire enfiler.

    Mon ennemie c’est la haute bourgeoisie, il en fait partie.


    • Conférençovore Conférençovore 6 mai 14:42

      Je me doutais bien que le paltoquet sslow allait se précipiter pour poster sa bile puisqu’il le fait sous chacun des articles de ce site sans même avoir pris le temps d’écouter et généralement pour y déverser attaques et insultes et ne jamais ou presque contester les données fournies (ce qui lui serait difficile ceci dit) ou les idées. Il est comme cela. Il n’écoute rien, assène ses certitudes et bêtises noyées dans les sempiternels jabotages psychologistes du gourdiflot qu’il est. Et comme en sus il se fait régulièrement déboîter la rondelle (pour rester dans le champ sémantique) à coup d’arguments et à tour de rôles par les uns ou les autres au point d’avoir le fondement en étoile de shérif, sa frustration se traduit dans un crescendo ne mêlant plus que vulgarité mesquine, attaques personnelles et propos stupides. Loin de moi l’idée de défendre Camus en particulier et certainement pas ses errements de ces décennies où libertarianisme moral a parfois flirté avec des pratiques (ou, à tout le moins, la justification de celles-ci) pour le coup condamnables, mais le réduire à son homosexualité relève d’une homophobie primaire que l’on pensait tout de même d’une autre époque. En même temps, chez le sslow, tout est primaire, primitif même et dans le meilleur des cas, binaire, alors est-ce vraiment une surprise ? Camus n’a fait que mettre des mots sur une réalité.

      J’en termine avec cet âne bâté pour démontrer sa profonde stupidité (si tant est que cela soit encore nécessaire) : dans chacun de ses posts, Mister-Je s’auréole de nobles vertus et, ici, cela ne loupe pas. A l’instar d’un ancien Président vis-à-vis de la finance, son ennemi à lui, c’est la "haute bourgeoisie" qu’il nous dit. Le hic évidemment, c’est qu’avec lui, il y en a toujours un précisément. Ici le pignouf de l’agora s’est arrêté une fois de plus aux premières lignes de l’article wiki qu’il s’est empressé d’aller consulter pour bâtir cet argumentaire aussi résistant au feu qu’un maquis corse en plein été. Et comme en plus ses deux neurones et demi ne suffisent généralement pas à aller au-delà de la règle de trois et que chez lui, tout est 1 ou 0, bah une fois de plus le corniaud de compète s’illustre dans ses œuvres. Ainsi, une banale famille de la petite bourgeoisie entrepreneuriale de province devient assimilable aux Bouygues, Dassault et consorts qui ont bâtis leur fortune en milliards sur la commande publique de l’Etat français. Cerise sur le gâteau de merde de ce crétin fini à la pisse : il se trouve que le Camus n’en a même pas croqué de la "fortune" familiale puisqu’il a été tout bonnement... déshérité et a rompu tout lien avec sa famille. 
      Moralité : il n’y a rien à faire et comme le chantait Brassens "quand on est con...". Pas besoin d’aller chercher plus loin. 


    • Conférençovore Conférençovore 6 mai 14:43

      * champ sémantique...
       => lexical


    • yoananda2 6 mai 15:50

      @sls0

      Il y a que les froussards identitaires qui font attention à son discours.

      il faut être très courageux au contraire pour assumer ses peurs. Il y a pire que d’avoir peur, c’est la peur de la peur. Un peu comme ton post phobophobique.


  • Hijack ... Hijack ... 6 mai 15:19

    J’entre pas dans le sujet, connaissant de loin la pensée de Camus, mais je me permets de donner mon avis sur ce heu ... remplacement, dit wooow "Grand" ...

    Je pense que dans une grande nation, ayant une base historique, religieuse (même si cette dernière en nette baisse) ainsi que d’ autres valeurs dont je ne fais pas la liste tellement elle est longue ... et penser qu’il risque d’y avoir un remplacement quelconque c’est vraiment douter de soi, douter de son pays ...

    Je prends encore un exemple me concernant directement, que je connais bien ... l’Algérie ayant subi le colonialisme hard, c’est à dire une puissance armée contre un pays sans structure militaire, dont la majorité des gens étaient des éparpillés dans une grande surface géographique ... vivant de la pêche et de la terre ; le peuple fut réduit à rien, où même l’instruction était réservée aux colons. La France était donc bien installée et puissamment en Algérie, comparée aux groupes de résistants qui de plus ont été constitués après bien des des abus durant plus d’un siècle.

    132 ans plus tard, la France est partie ... est-ce que la France avait réussi à "remplacer" l’âme algérienne, le peuple algérien, son mode de vie ??? Non, au contraire, elle a permis de les affirmer./// Certes, la France a laissé des traces ineffaçables ... mais pas plus. Je ne parle pas des constructions etc, qui ne l’ont été que pour elle-même. Les algériens avaient la faiblesse de ne pas avoir d’armée digne de ce nom juste avant les premières invasions en 1830 et, je passe les détails, mais sa colonisation s’est faite au prix de crimes et dégâts tellement atroces que je n’ose en parler ici, ce serait hors sujet, surtout que le peuple français n’est accusé de rien, mais les gouvernants de l’époque.

    .

    Je sais que la comparaison est peu pensable pour bcp ... mais croire que les immigrés/migrants, islam etc ... vont procéder à ce remplacement, c’est vraiment faire fi de ses propres valeurs. Tout au . plus, cette peur ... devrait au moins servir à prendre conscience que l’immigration vers la France est un plan établi par des forces extérieures ... ce n’est quand même pas le petit blédard ou l’africain débarquant qui va changer quoi que ce soit au destin de la France, si ce n’est par elle-même !!! 

    Je sais que l’islamisme (et non l’islam, désolé) pose problème ... mais ce problème était bien prémédité pour des motifs, là aussi que je n’aborderai pas ici, ce serait trop long et compliqué. L’islamisme (wahhabite, takfiriste) a été promu contre l’islam et bcp de nations occidentales dont la France ... mais l’occident a tout fait pour le promouvoir. C’est tellement alambiqué qu’il faut vraiment s’intéresser de près au sujet pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants.

    Écoutez cette vidéo audio de "Axe de la Résistance" de discussions avec Youssef Hindi sur ce sujet, qu’il maîtrise parfaitement.

    Pour les racailles etc ... il suffirait à la France de faire le nécessaire, au niveau de la police et gendarmerie, surtout au niveau judiciaire ... c’est là où le bât blesse.

    Je dis ça, je dis rien ...


    • yoananda2 6 mai 15:48

      @Hijack ...
      l’Algérie n’a pas été colonisée par la France, elle a été créée par la France ... avant, il n’y avait "rien", un terrain vague et quelques peuplades agressives qui n’arrêtaient pas de pirater les mers qui avaient bien besoin d’un peu de civilisation.

      Par contre, le territoire qu’on appelle Algérie a été colonisée par l’empire Ottoman qui y a remplacé la population initiale et en a fait un désert. Population dont l’âme et la génétique s’est fait défoncer (demandez aux Berbères).

      Quand à la France, évidement que les "immigrés" et "l’islam" sont à la base du grand remplacement.

      D’abord la population : il suffit d’être français "de souche", de se balader dans une grande ville de France à 20 ans d’intervalle pour voir la différence à l’oeil nu.

      Ensuite l’âme : ben pareil, il n’y a que les allogènes pour ne pas voir la différence dans leur shithole importé parce que avant, ça n’existait simplement pas en France.
      Ce n’est pas juste l’ambiance qui s’est pourrie à cause des difficultés économiques, c’est l’âme, oui, de la France qui disparaît, car au lieu de nous consacrer comme on l’a fait par le passé à des projets grandioses (comme savoir : quelle unité de mesure pour le monde : le mètre, et tellement d’autres choses en science et en art notamment), ben la, on doit gérer le merdier importé et passer notre énergie à savoir si une femme peut se balader bâchée dans la rue ou pas, et comment éviter les couteaux déséquilibrés.


    • Hijack ... Hijack ... 6 mai 16:30

      @yoananda2

      Je réponds à ta seule première ligne, pour ceux qui se posent cette question, de savoir qui a créé quoi en Algérie  :
      .

      La France a construit beaucoup d’infrastructures à Alger, Oran etc … mais uniquement pour elle-même, que l’Algérie existait déjà depuis très longtemps, si le nom "Algérie" a été donné par la France … ce nom vient de Alger, le nom "Alger" dérive du catalan Aljer, lui-même tiré de Djezaïr, nom donné par Bologhine ibn Ziri, fondateur de la dynastie berbère des Zirides, lorsqu’il bâtit la ville en 960 sur les ruines de l’ancienne ville au nom romain Icosium, Djaza’ir Beni Mezghenna … soit, Dzaïr pour Alger et El Djazaïr pour Algérie.

      .

      Les constructions des routes, des immeubles contemporains, des ponts etc … sont une chose, mais l’âme d’un pays en est une autre. La France a une âme, qui n’a rien à voir avec les dégâts architecturaux actuels (que je ne compare aucunement avec les très belles constructions françaises d’Algérie).

      L’histoire de l’Algérie s’insère dans l’histoire plus large du Maghreb et remonte à des millénaires. Dans l’Antiquité, le territoire algérien connaît la formations des royaumes numides avant de passer sous la domination partielle

      .

      L’histoire de l’Algérie s’insère dans l’histoire plus large du Maghreb et remonte à des millénaires. Dans l’Antiquité , le territoire algérien connaît la formation des royaumes numides avant de passer sous la domination partielle des Romains, des Vandales, des Byzantins et des principautés berbères indépendantes, des Romains, des Vandales, des Byzantins et des principautés berbères indépendantes.

      .
      Par exemple :
      .

      Plage et enceinte de la ville d’Alger juste avant la colonisation …
      .

      Vieil Alger, XVème siècle …
      .
      Époque où l’Algérie, sans hydrocarbures, se débrouillait plutôt bien et offrait du bonheur. Ce bonheur, elle ne se contentait pas de l’offrir à ses enfants. L’étranger qui s’y aventurait finissait
       toujours par y rester et à s’y faire adopter … disaient les étrangers de passage. Bcp de pays interdisaient à leurs navires de naviguer autour de l’Algérie ... bcp de marins y sont restés définitivement, dont bcp de lointains descendants existent tjrs dans ce pays.



    • Hijack ... Hijack ... 6 mai 16:35

      Oups ! Désolé pour le petit paragraphe répété 2 fois, "L’histoire de l’Algérie s’insère dans " ... en voulant le compléter, je l’ai posté 2 fois par erreur.


    • Hijack ... Hijack ... 6 mai 17:07

      J’ajoute, au sujet de l’Algérie (pour répondre à un fieffé et mignon mensonge _désolé pour le H.S) ...
      .
      Courte vidéo de témoignages d’officiers et soldats français à leur arrivée en Algérie en 1830 ... où ils ont apporté disent-ils, la civilisation.


    • Hijack ... Hijack ... 6 mai 17:56

      Vidéo ci-dessus, de témoignages de français débarquant en Algérie ... semble partielle (bien que l’on peut mettre le curseur au début de la vidéo) ...
      .
      La revoici depuis le début (7 mn env.)


    • sirocco sirocco 6 mai 18:03

      @yoananda2
      "...il suffit d’être français "de souche", de se balader dans une grande ville de France à 20 ans d’intervalle pour voir la différence à l’oeil nu."

      L’invasion s’est tellement accélérée ces dernières années qu’il n’est pas nécessaire de remonter aussi loin dans le temps pour constater les résultats.

      Je connais une petite ville (pas dans une zone chaude comme PACA, l’Île de France ou le Nord) où la proportion de migrants dans la population est passée de 33 % à 50 % en 3 ans...

      Le phénomène touche même les villages aujourd’hui.


  • Pierre Régnier 6 mai 16:14

    Sur l’utilisation d’un mot, Bercoff se trompe. Il aimerait que Camus parle de déni plutôt que de nouveau négationnisme.

    Mais c’est Camus qui a raison. Quand la négation d’une flagrante réalité est systématique, persistante, cultivée, il s’agit bien d’un négationnisme.

    Même si, évidemment, la négation du remplacement de population n’est pas odieuse comme celle qui nie l’extermination des juifs par les nazis, il faut l’employer pour pouvoir affronter sérieusement la terrible régression spirituelle (la régression de l’esprit) dans le pays.


    • Pierre Régnier 6 mai 16:31

      Je pense qu’on l’aura compris, j’ai voulu dire il faut employer le mot “négationnisme“. Mais il faut évidemment combattre la chose, qui fait tellement de mal en France, depuis maintenant plusieurs années.

      Merci à Renaud Camus d’insister. Si on s’en sort on lui devra beaucoup.


  • medialter medialter 6 mai 16:58

    J’aime bien Camus, même si dans cet interview, il reste bien moins explicite qu’avant, ce qu’on peut comprendre, après les déboires qu’il a subi dans un pays où la liberté d’expression reste à la botte du politique (on se souviendra par exemple de cette époque où les merdias tentaient de rouler dans la merde tous les récalcitrants). Le grand remplacement est une réalité indéniable, difficilement réfutable de part sa réalité statistique, ceci étant, son instrumentalisation politique à vocation de créations de croquemitaines cache mal le marionnettiste qui, d’une part, n’en finit pas de dérouler le tapis rouge depuis des décennies, et qui d’autre part, est passé maître dans l’art d’un traitement à deux vitesses, voire d’une législation à deux vitesses. J’irais même plus loin, je dirais que les gens (prétendument intelligents) qui s’insurgent contre le grand remplacement, tout en passant sous silence l’usine, performante et montée à dessein, qui l’induit, font partie des co-responsables de ce qu’ils dénoncent en faisant le jeu du marionnettiste. Toujours la même stratégie, il faut créer un ennemi (et cet ennemi là, je reconnais que c’est une belle réussite), ensuite il suffit d’agiter la carotte devant l’âne pour qu’il avance. Gouverner pas le chaos, ça a toujours fonctionné, pourquoi réviser une méthode éprouvée ?


  • ezechiel ezechiel 6 mai 22:33

    Le Grand Remplacement est un programme politique élaboré par l’ONU et l’UE, pour éliminer la population blanche de souche, réfractaire au mondialisme par son héritage identitaire, culturel, cultuel et traditionnel.
    L’ONU facilite l’arrivée des masses migratoires en Europe, qualifiées officiellement de "migration de remplacement", amenées pour faire face au déclin de la population blanche (alors que les femmes françaises sont encouragées à avorter : 220 000 avortements chaque année en France !).

    L’UE travaille en étroite collaboration avec l’ONU pour mener à bien sur une très grande échelle, le remplacement de population, "l’objectif principal est de faire en sorte qu’une Europe en déclin démographique demeure une destination attrayante pour les migrants, notamment en modernisant et en révisant le régime de la carte bleue, en fixant de nouvelles priorités pour nos politiques d’intégration, et en optimisant les avantages de la politique migratoire pour les personnes et les pays d’origine, par exemple en rendant les envois de fonds moins coûteux, plus rapides et plus sûrs.."
    politique migratoire de l’Union Européenne

    Saint-Denis (film vidéo du centre-ville, plus de 90 000 habitants) n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne (berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc...) en moins de 30 ans. Dans les rues de la ville, on n’entend presque plus personne parler français.
    Ceci impliquant un bouleversement du paysage culturel, cultuel et ethnique.
    Les prénoms donnés ne sont plus Christophe, Matthieu, Sylvaine et Estelle, mais Rachid, Mohamed, Youssouf, Fatoumata et Kakambwa.
    Les nouveaux arrivants n’ont plus comme héritage Aristote, le Christ, Jeanne D’Arc, Descartes, Pascal ou Chateaubriand, mais le Coran, le Ramadan, le Zouk, le Wolof et l’arabe. (une trentaine de boucheries islamiques pour 90 000 habitants, pas une seule boucherie traditionnelle !!!), 7 ou 8 écoles coraniques enseignant l’Islam radical aux jeunes musulmans, et la grande mosquée financée par l’Arabie Saoudite flanquée de son minaret (islam radical wahhabite), inaugurée par le bon maire communiste.
    http://islamineurope.unblog.fr/2013/09/23/video-conference-du-cheikh-saoudien-abderrahmane-al-barak-au-centre-deducation-du-palmier-cep-de-saint-denis-les-chretiens-seront-avilis-et-humilies-le-jour-de-la-resurrection/

    http://islamineurope.unblog.fr/2012/08/01/conference-du-cheikh-ghassen-khalil-mohamed-musallam-au-centre-tawhid-bastion-de-lislam-radical-a-saint-denis-les-colons-sionistes-violent-colonisent-et-occupent-les-terres-de-nos-freres-en-pa/

    A Pantin, la dernière boucherie traditionnelle a fermé en 2012, il n’y a plus que des boucheries islamiques :

    La république universelle, et son culte maçonnique basé sur "les droits de l’homme et du citoyen" et de ses libertés individuelles nie l’existence des peuples, leurs traditions, leurs identités, leurs cultures et le bien commun.
    La gouvernance mondiale, la mondialisation, la construction de l’UE sont actuellement freinés par les pays ayant une population homogène encore trop blanche désirant préserver leur identité, leur culture, leurs moeurs (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie,...), et qu’il faut affaiblir à coup de millions de migrants (ceux qui refusent les quotas de migrants sont sanctionnés par l’UE).

    L’UE mondialiste ne pourra se construire qu’avec une Europe noire.


  • Vraidrapo 8 mai 23:52

    Il fut un temps où CAMUS avait été traduit en justice par la LICRA pour racisme suite à son ouvrage "La Campagne de France".

    Après quelques attentats islamistes dont certains anti-sémites, les angles de vue ont changé... "on" comprend mieux les choses quand "on" est directement atteint.

    Les vieux de la Vieille : Badinter, Dray, Goldnadel semblent avoir compris la leçon... mais, un peu tard pour tout le monde !

    Comme les potes au Konh-Bendix ex-allemand ont joué le même tour aux Teutons en important 4 millions de Turcs... on n’est pas dans la M....  !


Réagir