mercredi 27 juillet - par Celine

Alain Juillet, ex-espion et homme d’affaires : une vie rocambolesque

Pauline Laigneau nous emmène, durant 1h20, à la découverte d'un personnage hors normes : Alain Juillet.

Publicité

Alain Juillet a commencé sa carrière comme officier militaire au sein des commandos parachutistes dans le fameux Service Action (SA) du service de documentation extérieure et de contre-espionnage.

Puis il décide d’entrer dans la société civile et commence sa carrière corporate chez Pernod Ricard où il gravit peu à peu les échelons jusqu’à devenir, 19 ans plus tard, directeur général de Ricard. Pas mal pour un gaillard qui n’avait pas d’autres diplômes que le Bac.

Il est débarqué de Ricard au moment de la fusion avec Pernod et enchaînera ensuite les aventures de reprises d’entreprises, parce que selon ses propres mots il « aime les situations ingérables ». Il enchaîne avec le redressement du chocolatier Suchard ou encore Marks & Spencer, pas toujours dans des conditions simples puisqu’il se fait prendre en otage par les syndicats dans son propre bureau.

En parallèle de toutes ces activités, Alain Juillet mène une seconde vie, une vie que l’on ne voit que dans les films : une vie d’espion pour la France.

Mais, in fine, derrière cette biographie rocambolesque, ce qui est fou, c’est à quel point Alain Juillet, malgré tout ce qu’il a fait et vu, a gardé une âme d’enfant, qui s’émerveille des petites choses de la vie et garde toujours espoir...



1 réactions


  • marcus 28 juillet 10:07

    Alain Juillet en poste pendant les évènements d’Algérie sous De Gaulle, n’à pas laissé un souvenir d’homme d’action à cette époque, le FLN avait les mains libres pour leurs transports d’argent vers l’Allemagne afin de fournir des armes aux Algériens, j’étais en poste à Metz au service de renseignement des armées, la chasse à l’homme se faisait au bar à côté de la caserne rue aux Ours !


Réagir