Le Glaude Le Glaude 23 juillet 2023 14:14

.

Des policiers anglais soupçonnés d’avoir couvert pendant 30 ans un réseau de pédophilie impliquant des hommes politiques et des responsables d’institutions publiques

.

La Police des polices britannique a annoncé lundi 16 mars avoir ouvert une enquête pour corruption. Des policiers auraient couvert les agissements d’un réseau de pédophiles impliquant des hommes politiques et des responsables d’institutions publiques entre 1970 et 2000.

.

Beaucoup de gens savaient, mais tout a été fait pour maintenir le silence, jusqu’à l’été dernier. En juillet 2014, la presse britannique avait révélé que cent quatorze dossiers relatifs à des accusations de sévices sexuels commis sur des enfants entre 1979 et 1999 avaient disparu. Des informations confirmées par les ministères concernés. Selon la presse, l’un de ces dossiers portait sur l’implication de députés et de personnalités politiques dans un réseau de pédophilie.

.

De la Chambre des Communes au MI5

.

Le lanceur d’alerte Peter McKelvie avait publié une liste compilée par la police d’actuels ou anciens politiciens suspectés de participer à des abus sexuels sur des enfants. D’après lui, pas moins de 40 députés et politiciens étaient au courant ou faisaient partie du réseau pédophile. L’affaire toucherait les plus hautes sphères de l’Etat : la Chambre des Communes, le MI5, Scotland Yard…

.

Le premier ministre britannique David Cameron avait alors promis de « faire toute la lumière » et « d’explorer toutes les pistes pour découvrir la vérité sur ce qu’il s’est passé ».

.

Dans le cadre de l’enquête ouverte en début de semaine, la commission indépendante sur les plaintes à l’encontre de la police va étudier 14 plaintes. Les fonctionnaires de police sont soupçonnés d’avoir « supprimé des preuves (…), ralenti ou interrompu des investigations (et) couvert des délits du fait de l’implication de membres du Parlement ou d’officiers de la police » a écrit la commission sur son site Internet.

.

Des jeunes garçons fournis « sur commande »

.

Dans un reportage diffusé lundi 16 mars, la BBC affirme qu’une opération de police qui avait permis de recueillir des preuves d’abus sexuels sur des enfants par un parlementaire et un membre des services spéciaux britanniques avait été étouffée il y a une trentaine d’années. Ces informations auraient été transmises par un ancien officier de police familier de l’enquête et de sa fermeture.

.

Selon la chaîne britannique, Scotland Yard aurait passé à l’époque plusieurs mois à rassembler des preuves d’abus sexuels sur des jeunes garçons par un groupe de pédophiles dans des appartements du quartier sud de Londres. L’enquête s’était resserrée autour d’un bloc d’habitation délabré proche de Westminster, le Coronation Building, où une caméra avait été cachée avec l’aide d’un gardien et avait permis de prendre sur le fait un député du Parti Libéral, Cyril Smith.

.

Toujours selon la BBC, les enquêteurs avaient pu établir que des garçons se trouvant en foyer d’accueil étaient fournis « commande  » pour des parties sexuelles.

.

La disparition des preuves

.

La BBC raconte que le député britannique avait été arrêté en 1980 au cours d’une de ces soirées et emmené au commissariat proche de Westminster. Mais rien ne se serait passé comme prévu. Cyril Smith avait été rapidement libéré et un officier supérieur avait ordonné de fermer l’enquête. Les agents auraient été sommés de donner toutes les preuves, y compris les ordinateurs et les vidéos, et de garder le silence en vertu de l’Official Secret Act. L’Official Secret Act est une loi qui prévoit la protection des secrets d’Etat et des informations officielles, principalement liés à la sécurité nationale.

.

Les enquêteurs avaient alors été assurés que Cyril Smith « ne jouerait plus aucun rôle dans la vie politique publique. » Mais il est en réalité resté membre de la Chambre des Communes jusqu’en 1992 et est décédé en 2010. Le député aurait été protégé par des gens très puissants voire par d’autres membres importants du réseau pédophile, avance la BBC.

.

Trois victimes assassinées

.

L’enquête sur le réseau de pédophilie proche de Westminster dans les années 1970 – 2000 a donc été récemment rouverte et confiée à une juge néo-zélandaise.

.

En décembre 2014, une victime présumée, présentée sous le nom de Nick, a raconté aux enquêteurs comment lui et plusieurs autres garçons étaient conduits à différentes adresses de Londres, y compris sur des bases militaires, pour être abusés sexuellement par des groupes d’hommes. Il a également accusé des députés et d’autres personnalités d’être liées aux meurtres de trois enfants de 7 à 16 ans.

.

En réaction à ces enquêtes, la Secrétaire d’Etat à l’Intérieur britannique Theresa May a averti la semaine dernière dans le Telegraph que le problème est « tissé secrètement dans l’étoffe de notre société » et qu’il ne pourrait s’agir que de la partie émergée de l’iceberg ».

.
.

https://www.apar.tv/societe/des-policiers-anglais-soupconnes-davoir-couvert-pendant-30-ans-un-reseau-de-pedophilie-impliquant-des-hommes-politiques-et-des-responsables-dinstitutions-publiques/



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe