Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 22 janvier 18:36

@perlseb

"Mais il est évident maintenant que sur n’importe quel jeu qui nécessite réellement une intelligence (echec, go où le calcul aléatoire de beaucoup de coups à l’avance est impossible vu le nombre de possibilités) alors la machine est meilleure."

C’est évident, mais j’avais déjà remarqué que les calculettes de mon enfance étaient meilleures que moi pour extraire la racine carrée d’un nombre, pas vous ? 

Vous croyez que l’homme est "intelligent" mais quand on regarde vraiment, l’homme ne fait qu’imiter la plupart du temps des choses qu’il a vu dans des situations similaires. Et la créativité n’est souvent qu’un hasard qu’on laisse s’exprimer ce que peuvent très bien faire les machines. Car il y a beaucoup, beaucoup de déchets dans la "créativité" humaine. Alors est-ce bien de la créativité ou du hasard ?


Est-ce que la créativité est autre chose que de la puissance de calcul associée à du hasard ? C’est une question métaphysique intéressante. Comme la plupart des questions métaphysiques, la réponse est obligée de faire intervenir une part d’intuition, donc quelque chose d’impossible à démontrer. Prenez donc la réponse suivante avec cette précaution. Intuitivement, je répondrais oui : la créativité est plus que de la puissance de calcul associée à du hasard, parce qu’elle suppose une capacité déprouver avec sa sensibilité ce qu’on fait. Je distingue donc la créativité qui inclut une part de sens esthétique de la seule ingéniosité. Par exemple, les poèmes de Rimbaud ne me semblent pas seulement le fruit de la rencontre du hasard et de sa capacité d’agencer grammaticalement des données informatives. Il me semble que quelque chose d’autre intervient, qui a un rapport avec le fait que Rimbaud était vivant au sens naturel du terme. C’est ce qui fait que Rimbaud est génial et pas seulement ingénieux. Ce vitalisme n’est pas présent dans une machine à calculer, parce qu’elle n’est pas "branchée sur la nature", pas même d’une manière végétale. Peut-être qu’un ordinateur fonctionnant avec un organisme vivant passerait ce plafond de verre, mais alors l’informatique ne se distinguerait peut-être plus de la magie. Cette piste a été envisagée par certains auteurs de science-fiction. Cela n’existe pas pour le moment. 

"Comprenez quand même que certaines personnes (et pas parmi les plus sottes) sont un peu dégoûtées d’avoir travaillé toute leur vie pour être spécialistes d’un domaine et de s’apercevoir qu’une IA fait mieux qu’eux après un jour d’apprentissage."

Je le comprends très bien. J’ai très vite compris que toutes les tâches mécaniques seraient un jour effectuées par des machines. C’est inexorable. Comment un homme avec une pelle pourrait-il concurrencer une pelleteuse ? Les machines ont été inventées par l’homme souhaitant se libérer des tâches mécaniques pénibles et répétitives, y compris sur le plan intellectuel. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe