Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 21 janvier 13:24

@perlseb

Aucun des exemples que vous donnez ne concerne la créativité. Le programme se comporte conformément à sa programmation. La complexité algorithmique du programme, la quantité d’informations traitée et la puissance de calcul de la machine n’ont rien à voir avec la créativité. La création est une émanation de la liberté et, par définition, n’est pas mécanique. Vous commettez l’erreur de penser, à cause de la propagande, qu’un très très très très très très (etc.) grand nombre échappe au règne de la quantité : il n’y échappe pas. C’est comme supposer qu’avec beaucoup beaucoup, beaucoup (etc.) d’argent, on peut trouver l’amour avec une personne prostituée qui imite très très très (etc.) bien l’amour. Dans les deux cas, on sera seulement cans une super super super (etc.) illusion.

Il n’en demeure pas moins que ces machines et ces programmes pourront et seront certainement utilisés par des artistes vivants et libres (qui eux seront plus ou moins créatifs). 

Plus radicalement, je vous répété qu’il n’existe pas d’IA, que c’est une illusion reposant sur un piège sémantique. Il existe seulement des machines à calculer. Ce sont des machines plus puissantes que les calculettes que les écoliers avaient dans leur cartables dans les années 1980, mais ce sont toujours des machines. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe