TchakTchak 5 juillet 09:15

@bubu12

ben oui et c’est exactement pour ca qu’il existe une classification des études, elles ne se valent pas toutes, certaines ont un faible niveau de preuve, d’autres un niveau de preuve élevé.

Tess Lawrie a créé en 2013 son cabinet conseil Evidence Baed Medecine Consultancy, utilisant les standards les plus rigoureux d’audit des études cliniques. Ça marchait bien, elle avait des commandes de l’OMS et des publications Cochrane. Mais quand elle a abordé la question de l’ivermerctine pour le covid : elle a sauté. Ce n’est pourtant pas sa methodo qui a changé, mais le sujet d’étude. Il y a des sujets qui fâchent et les études cliniques ne tiennent plus car les pressions sont trop lourdes, quelles que soient les méthodos. Cela a été comme ça pour l’amiante, il a fallu 10 ans pour reconnaître le danger du Mediator, les controverses sur les OGM ou le glyphosate sont sans fin, maintenant rien ne doit entraver la voie royale des injections ARNm en guise de lutte contre le covid.

Ça fait deux fois que vous évitez le cas de l’Uttar Pradesh. Vous aimez bien les résultats formels, vous refusez les résultats réels.

ben c’est juste faux, sinon la dexaméthasone n’aurait pas d’autorisation,

Déxamethasone : oui, ok, c’est pour les malades sévères, quand le mal est fait. On a plus de chances de guérir d’un cancer quand c’est soigné tôt. Et les soins précoces contre le covid sont barrés. Sauf s’il s’agit de nouveau médocs qui coûtent la peau des fesses et rapportent un max, puis qui sont retirés car ils ne tiennent pas les promesses ou sont trop dangereux.

Mais je me demande bien pourquoi les médecins du monde en entier ne sont pas en révolte si on a des traitements efficaces sous la main.

Ça, oui, vaste sujet. Déjà, les soins précoces sont pratiqués dans les pays du Sud. De façon inégale, mais cela se fait, contrairement (là encore, de façon générale) aux pays atlantistes et du Commonwealth. Dans le Sud, le médecin est encore une autorité respectée et l’administration n’a pas la même capacité de contrôle et surveillance des pays du Nord. Le généraliste peut donc encore suivre sa conscience, selon ses connaissances et expériences et concertations, sans être complètement écrasé par les toutes les instances sanitaires déclarées qui multiplient les injonctions et les interdits. Et les Etats de ces pays font le dos rond, laissant les généralistes plus ou moins soigner, sans trop le dire devant l’orthodoxie internationale qui obéit plus à des appétits financiers des poids lourds pharmaceutiques, qu’aux intérêts des nations. Bill Gates est le premier financeur de l’OMS. C’est aussi de la faute des nations, mauvais payeurs, mais le mal est fait. Et la France comme beaucoup de pays, paie son écot minimum à l’OMS, mais paie bien plus cher le GAVI qui a un budget bien plus considérable que l’OMS. GAVI est crée par Bill Gates, qui a pour but de promouvoir les vaccins, qui a crée le COVAX, visant à injecter la planète entière contre le covid. La santé ne se limite pas aux vaccins : c’est un peu l’adage : pour un marteau il n’y que des clous. Mais les vaccins rapportent plus qu’un médoc. D’où l’exemple d’Israël comme je l’ai écrit : le pays le plus "boostérisé" au monde, aux soins précoces pourchassés comme en Occident, et les pics de mortalité qui n’arrêtent pas.

Mais je me demande bien pourquoi les médecins du monde en entier ne sont pas en révolte si on a des traitements efficaces sous la main.

Ça, oui, vaste sujet. Déjà, les soins précoces sont pratiqués dans les pays du Sud. De façon inégale, mais cela se fait, contrairement (là encore, de façon générale) aux pays atlantistes et du Commonwealth. Dans le Sud, le médecin est encore une autorité respectée et l’administration n’a pas la même capacité de contrôle et surveillance des pays du Nord. Le généraliste peut donc encore suivre sa conscience, selon ses connaissances et expériences et concertations, sans être complètement écrasé par les toutes les instances sanitaires déclarées qui multiplient les injonctions et les interdits. Et les Etats de ces pays font le dos rond, laissant les généralistes plus ou moins soigner, sans trop le dire devant l’orthodoxie internationale qui obéit plus à des appétits financiers des poids lourds pharmaceutiques, plutôt qu’aux intérêts des nations. Bill Gates est le premier financeur de l’OMS. C’est aussi de la faute des nations, mauvais payeurs, mais le mal est fait. Et la France comme beaucoup de pays, paie son écot minimum à l’OMS, mais paie bien plus cher le GAVI qui a un budget bien plus considérable que l’OMS. GAVI est crée par Bill Gates, qui a pour but de promouvoir les vaccins, qui a crée le COVAX, visant à injecter la planète entière contre le covid. La santé ne se limite pas aux vaccins : c’est un peu l’adage : pour un marteau il n’y que des clous. Mais les vaccins rapportent plus qu’un médoc

Le mal est aussi ancien : le généraliste a été dressé à suivre le Vidal et les injonctions sanitaires. Un diagnostic n’est pas qu’un logigramme à suivre. Le médecin a perdu sa capacité à élaborer les traitements en interaction avec ce que sont ses patients. Il a perdu son génie de diagnostic à partir des causes, transformé en ingénierie des labos pharmas à partir des solutions qu’elles offrent.  Les médecins n’apprennent pas non plus la botanique et l’herboristerie, c’est à dire les principes qui ont formé les médicaments que les industries pharma fournissent. Sans avoir besoin non plus de toutes les connaissances d’un pharmacologue, un minimum de notions leur permettrait de comprendre un peu mieux les médocs qu’ils prescrivent. Or ils prescrivent sans comprendre ce qu’ils fournissent comme médocs, si ce n’est que suivre en aveugle ce que dit le Vidal. Ce sont des médecins qui me racontent tout ça. C’est une dépossession qui est ancienne.

Concernant la soumission volontaire, je ne vous cache pas que je suis déçu. Cela ne concerne pas que les médecins, c’est général. Et les médecins qui résistent existent, mais cet étouffement remonte à avant le covid, comme expliqué au dessus. Mais c’est un sujet qui ne vous intéresse pas. Pourtant vous vous dites psychologue et c’est une énigme pour moi.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe