yoananda2 21 septembre 19:32

@maQiavel

mais c’est une fiction que l’Etat a crée pour que nous puissions en jouir en paix. Si l’Etat s’effondre, la fiction s’évapore, et on va se rendre compte que c’est la force qui permet de posséder un bien.

100% d’accord (avec le reste aussi). Quand j’ai lu Locke qui définit les "droits naturels" (heu ... j’ai un doute si c’est le mot qu’il utilise) il dit qu’on possède notre corps, et que par extension on possède le fruit de notre travail et que l’état garantit cela. Et quand je l’ai lu j’ai immédiatement tiqué : non, pour moi la seule chose qui garantit "naturellement" que je possède ma maison, c’est que je suis capable de la défendre. Si pour la défendre il me faut un fusil, alors j’ai un fusil. Si pour la défende il me faut des alliés, alors je monte un "club" avec mes voisins. Si pour la défendre il me faut une armée, alors je crée un état.

Sauf que en France, il s’est passé 2 choses : 1/ on a oublié que c’est la force qui impose les règles et non pas la "dignité", et que c’est arbitraire (je n’ai pas dit idiot ou sans aucun sens), 2/ que l’état nous a désarmé. Pour moi, le point 2 est une rupture de contrat social. Mais bon, ça ça me regarde.

Je ne sais pas si c’est ce que tu penses, ou si tu t’es juste mis à ma place, mais la, je suis OK avec cette explication "carte sur table", même si c’est une robinsonade et que je ne comprends pas les limites de l’exercice (je veux bien un exemple pour comprendre si jamais), au moins c’est compréhensible pour moi.

Du coup, l’état décide et je ferme ma gueule ou je vais ailleurs. Mais alors qu’on arrête de me / nous bassiner avec des grands principes, de la "démocratie", et des idéaux qui devraient être partagés par tous. Baratin.

Je vais rajouter une chose.

Tout le monde est à peu près d’accord sur la loi qui interdit de tuer. Et bien moi, dans l’absolu, ça me pose plusieurs problème. D’abord 1/ j’ai bien compris l’argument libéral : en réduisant ma liberté de tuer, en fait, je réduis celle des autres, et donc je risque moins de me faire tuer, ce qui maximise mes conditions de vie.

2/ moi je ne raisonne pas comme ça. Pour moi, mon premier réflexe, c’est me dire : tu me prends pour un con ? j’ai déjà une 100aine de barrières en moi pour ne pas tuer quelqu’un, je n’ai pas besoin d’une pression extérieure, et je suis assez grand pour comprendre l’intérêt qu’il y a de ne pas tuer pour vivre en société. Je trouve ça très infantilisant.

3/ les animaux sociaux ne passent pas leur temps à se tuer les uns les autres et font société tout comme nous, les loups, les lions, les chimpanzés, les bonobos, les éléphants, etc ... on n’a pas besoin de loi, c’est dans notre nature de nous réfréner de tuer de toute manière.

4/ pour les humains qui auraient du mal il y a déjà des réponses à cela, même avant qu’on crée des lois, et même avant qu’on ai des civilisations.

Donc, je suppose que si c’est la, c’est que ça a une utilité, mais bon, n’empêche que j’aime pas qu’on me dise quoi faire. Je suis assez grand pour décider.

Si déjà la cette loi n’est pas une évidence indiscutable pour moi, tu imagines bien que ne pas avoir le droit de choisir qui je laisse enter dans ma boutique, ma maison ... ben oui, il n’y aura que la force in fine pour me convaincre, et si certains sont assez malin pour créer un état en bullshitant suffisamment de monde pour lever des impôts et payer une armée de neuneus qui leurs obéissent ... ben oui, ils ont été plus fort que moi. Bravo. Ils ont réussi à coaliser les ventres affamés des damnés de la terre pour en faire quelque chose à leur profit.

Mais après faut pas trop s’étonner que "ho Macron il s’en fou des français il fait carrière" ou Cahuzac ministre anti-fraude qui fraude.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe