sirocco sirocco 14 septembre 13:23

Ça chie pas mal en Guyane aussi.

Sur quelques images d’Info Outremer, on voyait le préfet du coin derrière une cohorte de robocops et un nuage de gaz lacrymo enveloppant des manifestant(e)s qui vont perdre leur boulot demain. Il disait à peu près : " C’est pas bien ce que font ces soignants. S’ils ne sont pas d’accord avec la mesure, ils doivent se plaindre en justice, on étudiera leur cas." ! Ben voyons !

Tous les larbins du dictateur semblables dans l’abjection...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe