yoananda2 3 mai 17:14

@micnet

À propos de chiffres, est-ce que toi tu en as qui démonteraient une causalité entre la délinquance et les « QI a deux chiffres « ? Pour toi la délinquance , c’est avant tout un problème de QI et non pas de différences culturelles (religieuses en l’occurrence) telles que la cohabitation en devient impossible ?

C’est multi-factoriel. Oui, j’ai des chiffres sur délinquance et QI, délinquance et social, et sûrement d’autres aussi, j’ai plus trop ça en tête, ça fait un moment que je me suis fait mon idée.

Dans le cas présent, il y a plusieurs "causes" (attention les chiffres, c’est toujours à prendre avec pincettes, une corrélation n’est pas une causation, mais tu le sais déjà) :

  • intégrer une personne, c’est faisable, un peuple, c’est plus difficile. D’autant plus difficile que les peuples sont distants (en terme de culture, de QI, de race, d’histoire). Quand je dis "culture" je penses aux dimensions d’Hofstede (c’est la grille retenue par la CIA pour analyser les pays si je ne m’abuse)
  • il y a un contentieux historique entre la "civilisation" (faut le dire vite) musulmane et européenne
  • il y a le passé colonial non assumé par les blancs, vécu de manière revancharde par les bronzés.
  • il y a l’effet amplificateur de la crise socio-économique actuelle, les pénuries de ressources, la pollution, la densité de population trop importante en europe (bordel de merde : l’europe est surpeuplée, l’afrique est vide, mais faut qu’ils viennent se déverser chez nous !)
  • le capital social s’érode avec le mélange racial (cf l’étude de Robert Putman qui a fait date à ce sujet)
  • l’idéal républicain à bout de souffle, qui n’a plus de rêve à proposer : si même les français commencent à douter, alors imagine chez les nouveaux arrivants. Le "repli identitaire" concerne aussi les blancs
  • l’influence de la mérique qui nous exporte ses conflits raciaux (BLM & compagnie)
  • la violence est contagieuse : il a été constaté que les chances qu’un crime soit commis à un endroit sont plus grand quand un crime à été commis à proximité. La violence se reproduit comme un virus. Et tu n’enraye pas une épidémie "comme ça". Il y a des méthodes pour réduire la violence sociale qui fonctionnent, mais, au sein d’un peuple. La on a un conflit inter-peuple, c’est différent.
  • la France n’est plus un pays souverain, ni un seul peuple, son état est devenu un cauchemar kafkaïen ingérable, la corruption larvée est partout

Sinon, la délinquance liée aux conditions sociales, c’est un mythe de la gogche. Oui, ça peut jouer, mais non, ce n’est pas le seul facteur, et ce n’est pas le principal facteur dans notre cas d’espèce. Les milieux ruraux sont beaucoup plus défavorisés à tout point de vues que les banlieues et beaucoup moins violents. Il n’y a pas de corrélation ni dans le temps, ni dans l’espace entre délinquance et pauvreté. Alors qu’il y en a entre le QI (et vu que les moyennes raciales sont différentes) et la violence de toute sorte.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe