Conférençovore Conférençovore 6 avril 07:01

Le problème est dans la définition de ce qu’est le peuple français en 2021. 
Pour Branco, c’est les GJ. Désolé mais non. Les GJ ne sont que qu’une partie, peut-être 1/3, des provinciaux très majoritairement, FDS, classes basses et moyennes en voie de paupérisation. Les GJ n’ont pas été rejoints par les deux autres composantes de la pop parce qu’ils, nous ne partageons rien avec elles. Rien avec les classes moy-sup des grandes villes et métropoles qui concentrent les zones d’emploi, "groupe" inclus une bonne partie des boomers retraités pas nécessairement de ces zones (on en a bcp à la campagne aussi), générations bénie à tous les nivaux (explosion de l’espérance de vie, 30 glorieuses, accès souvent à la multipropriété, liberté...) qui vivent confortablement, prof libérales (qui s’en sortent bien, certaines comme les avocats étant également en difficulté), fonctionnaires bien lotis, artisans/commerçants qui tournent bien, etc. Cela fait bcp de monde, peut-être un gros 40%. Rien non plus avec le peuple allogène : à part des chauffeurs vtc, la banlieue est restée à la maison : on double leurs classes et on construit des gares et équipements chez eux, de zones éco prioritaires, etc, tout ce qui disparaît chez les GJ...

Evidemment rien n’est complètement tranché à ce point mais certains habitants de Fr (je dirais 70%) n’ont globalement intérêt à que ça bouge : pour les uns, le système social unique au monde fait que le pays reste ultra-attractif (pour des centaines de millions de gens, ce qui accélèrent la transformation du pays et l’augmentation la fracture) et pour les autres, tant qu’ils ne se font pas sucrer leurs rentes, tout va bien. A raison de 200-300 000 nouvelles entrées par an et le départ massif des jeunes talents, notre pays assiste en ce moment à la fois au "grand enterrement" au white flight et au remplacement lié à ces dernier (accumulation de l’immigration de masse et de peuplement, différentiels de taux de fécondité et âges des enfantements, vieillissement de boomers+x+y). Reste l’hyper-classe qui, elle, défend évidemment ses intérêts et l’on sait tous que ce n’est pas le bonheur du peuple. 

Avec une telle fracture (encore une fois, c’est évidemment plus complexe mais il suffit de comparer avec certains pays d’Europe pour comprendre l’ampleur de la catastrophe, des pays comme la Finlande, le Danemark, les pays de l’est qui gardent une pop relativement homogène) qui ne va cesser de s’accroître + démoralisation + hyper-individualisme (vs. communautarisme, et là encore, les choses sont plus subtiles) + crétinisation + acculturation (ce qui est un peu différent), le RIC est un horizon, un objectif à atteindre mais qui devra passer au préalable par une éducation politique . En l’état, il ne servirait pas à grand chose tellement cette fracture est immense et que chacun désire avant tout défendre ses intérêts.

A mon sens, si l’on raisonne au niveau du pays, ce qui prime, la priorité absolue, c’est le peuple lui-même. On peut être ruinés, défaits ou subir une grave crise monétaire, financière, sanitaire... tout cela se dépasse. Le seul invariant, en principe du moins, c’est le peuple. Changez de peuple et vous changez le pays. Ce qui se passe tout particulièrement en France (mais pas seulement, dans toute l’Europe de l’Ouest à qq exceptions près) depuis un demi siècle est historiquement inédit, d’autant que cela se fait avec l’assentiment de la majorité des gens qui estiment que cela est secondaire.

Le RIC seul, ce dégagisme que propose au fond Branco donc sans autre projet derrière que se venger d’une caste pourrie, cela ne suffira pas, malgré toute sa bonne volonté et engagement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe