Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 31 mars 15:31

"les patients ne doivent en aucun cas prendre des traitements destinés aux animaux. Car la FDA n’a jusque-là approuvé aucun de ces antidotes. L’Ivermectine peut être utilisé chez les humains, mais dans certains cas très rares."

 smiley smiley  smiley 



"L’ivermectine sauve des millions d’enfants de la cécité liée à l’onchocercose
L’ivermectine a été commercialisée à partir de 1981 comme médicament vétérinaire antiparasitaire administré à des centaines de millions d’animaux, d’élevage ou domestiques. La même année, des essais cliniques sur l’homme ont débuté en Afrique et au Guatemala.

Devant la réduction drastique obtenue du nombre de microfilaires (96 à 99 % dès les premiers mois au niveau de la peau), avec une tolérance acceptable (œdème, fièvre, prurit et douleur sont possibles, mais "généralement légers et transitoires"), ce médicament est commercialisé sous le nom de Mectizan à partir de 1987 et administré à des millions de personnes en Afrique. 

"A lui tout seul, [le Mectizan] a transformé la vie de millions de personnes souffrant de l’onchocercose", résume l’OMS, qui continue à distribuer ce médicament afin de tenter d’éradiquer cette maladie à l’horizon 2025 (APOC - Programme africain de lutte contre l’onchocercose). Parmi ces millions de personnes, des millions d’enfants ont donc évité les lésions dermatologiques et, surtout, la cécité…

L’ivermectine, en association avec l’albendazole, également efficace contre l’éléphantiasis
L’ivermectine s’avère également efficace contre la filariose lymphatique, en combinaison avec l’albendazole (laboratoire GSK) : en 2012, 118 millions de personnes avaient reçu cette association pendant une période de 1 à 11 ans."


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe