Conférençovore Conférençovore 20 février 12:37

@yoananda2
C’est loin d’être le seul. A l’instar du communisme, la collapso à la Servigne ignore le principal facteur qui fait qu’il y a résilience ou non et plus largement qu’une société est fonctionnelle ou pas : le facteur humain. Elle en a une vision totalement déconnectée de la réalité. Effectivement, c’est une vision de bobo mais... elle est volontaire. Et voici pourquoi :
Pour des Servigne, l’homme n’est qu’un appareil de production. C’est étonnant d’ailleurs, parce qu’il a des traits et un discours qui semble très... bienveillants, affables, humains... mais son discours évacue totalement et volontairement (ce n’est pas comme s’il l’ignorait... l’arnaque est là) les conditions humaines, les différences entre les peuples, etc. C’est un peu ce que je tentais d’expliquer dans cet article : Servigne s’appuie constamment sur l’exemple cubain en oubliant l’essentiel : la société cubaine, un peu à l’instar du Japon, est extrêmement homogène. Ils parlent la même langue, dansent sur la même musique, sont assez peu religieux mais culturellement chrétiens mélangés à un peu de santeria, etc. Bref, le niveau de confiance entre individus est relativement élevé, peut-être même l’un des plus élevés au monde. Les Cubains sont en outre plus lettrés que nombre de pays développés (le tx d’alphabétisation est bien supérieur à celui des EUA par exemple).
En plus d’un pouvoir autoritaire, c’est cela qui fait qu’ils encaissent bien mieux. C’est exactement la même chose pour les Japonais : ils se sont mangé un tsunami colossal avec 30 000 morts, des dégâts considérables avec toute une région ravagée et le pire accident nucléaire depuis Tchernobyl (qui était gentil en comparaison) et pourtant... on n’a pas vu une seule émeute, pas un seul pillage... non, juste des Japonnais en train de faire la queue sagement pour obtenir une place pour dormir dans un gymnase ou récupérer un peu de bouffe. Il suffit de comparer la réaction (prise d’assaut des magasins) avec une annonce de confinement en France pour évaluer l’ampleur de l’importance de ce facteur. C’est le plus important de tous mais Servigne fait semblant de ne pas le voir et le traite en mode (faux) bisounours.

A mon avis, il est parfaitement conscient de cette dimension. Il sait pertinemment que la dimension culturelle est fondamentale mais il l’évacue volontairement parce qu’il sait que dès qu’il va la mettre en avant, il en sera fini de son exposition médiatique : il basculera alors du côté des salauds de survivalistes d’ED nazis. Les tenants des cordons de la bourse étant résolument multiculs (pour les autres hein)... jamais ils ne toléreront le moindre début de discours qui prendrait en considération ce facteur pourtant capital pour estimer si une société donnée a plus ou moins de chances d’éviter de sombrer dans le chaos en cas de grave crise.
 
Servigne est parfaitement conscient de cela. La preuve : il dit lui-même que, consécutivement à un effondrement, on assiste souvent (pas partout donc...) à une phase de chaos social, avec pillages et cie mais que par la suite c’est une entraide qui se met en place. SAuf que jamais il ne se risquerait à expliquer que ce chaos est d’autant plus difficile et long que la société impactée est multiculs, avec donc des clans, des communautés qui, déjà en mode nominal, se côtoient avec des relations qui vont au mieux de l’indifférence au pire à de l’hostilité, vont, en mode dégradé, se concurrencer de manière parfois brutale (surtout si l’Etat est paralysé, incapable d’assurer ses fonctions régaliennes).
Servigne est la réaction du système face à l’émergence et succès du survivalisme, à savoir le fait que de plus en plus de gens prennent conscience de l’ampleur de leur dépendance au système et tentent juste de la diminuer un peu, que ce soit sur un plan alimentaire, sanitaire, énergétique, sécuritaire, etc.
Le système n’aime pas du tout cela : cela fait moins de clients dans les supermarchés à acheter des merdes, moins de gens qui écoutent leurs merdias., moins de normies pour "faire barrage à", etc. Alors face à un phénomène pas très bon pour les happy-few (qui sont tous survivalistes à fond... ah eux, leurs résidences sont très bien protégées et achalandées en vivres, là y’a pas de soucis) ils te collent un Servigne en face, un gentil garçon qui présente bien, très calme, très... empathique, qui a l’air structuré (même s’il ne propose rien), scientifique (pas comme ces tarés d’ED) et qui a comme ENORME qualité qu’il ne va surtout pas aborder le sujet qui fâche. D’ailleurs (mode complotard on) il n’est même pas impossible qu’il existe en stock 2, 3 photos de Servigne au volant d’un Humer ou en train de s’empiffrer au McDo, histoire d’avoir des billes au cas où le sympathique Pablito déconnerait (mode complotard off). 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe