lacsap151 19 février 10:57

Quand Éric Verhaeghe dit, vers la fin de l’interview :< L’Etat a dépensé 560 milliards d’euros pour la Sécurité Sociale !> en levant les yeux au ciel comme si c’était une gabegie invraisemblable il révèle bien là ses limites à penser l’économie en dehors du logiciel " énarque " dicté par l’oligarchie financière mafieuse depuis....très longtemps ! :< Peu importe qui fait les lois et leurs nature du moment que JE conserve le pouvoir de création monétaire .> Mayer Amsheld Rothschild , vers 1850.
En réalité il est prisonnier d’une conception monétariste de l’économie qui nous maintient en esclavage avec l’histoire de la dette, récit complaisamment relayé par nos " dirigeants " et les merdias aux ordres , selon laquelle l’argent serait " rare " ! 
On pouvait, à la rigueur , croire encore à ces fadaises quand la principale monnaie internationale était l’or ( on a vu ce que ça a donné par parenthèse comme embrouilles jusqu’à encore il y a peu ( 1971) quand la convertibilité du dollar en or a été supprimée, au temps des débuts du commerce international, mais aujourd’hui !
On doit quand même se rappeler qu’en à peine trente ans, de 1945 au début des années 70 les Français ont reconstruit un pays dévasté par la guerre, modernisé l’agriculture et l’industrie faisant de notre pays la 5ème puissance mondiale (on en est très loin aujourd’hui !) sans accumuler aucune dette !
Et puis il a eu la fameuse loi du 3 janvier 73, quand Giscard, ministre de l’économie de Pompidou, ancien administrateur de Rothschild a décrété que l’Etat ne pouvait plus comme il le faisait jusque là se financer directement (et gratuitement ) via la Banque de France mais devait passer les marchés financiers ( ça a été dénoncé, bien tard, par Rocard qui n’a rien fait pour remédier à cette imposture quand il était au pouvoir). Depuis, la dette a explosé, les régimes sociaux fragilisés, le patrimoine français bradé et nous nous enfonçons de mois en mois. Giscard a été bien récompensé par ses maîtres qui l’ont placé sur le trône suprême quelques mois plus tard.
Il faut bien comprendre que dans un pays qui a les capacités de produire les biens et services nécessaires aux besoins élémentaires de ses habitants, comme c’est le cas en France et ailleurs, c’est une imposture de mettre en avant le manque d’argent .
L’argent est fabriqué à partir de rien par les banquiers, sans beaucoup de contrôles puisque la réserve fractionnaire est de 1% en théorie mais nulle en réalité car aujourd’hui les banques centrales financent les banques sans limites, rachètent les dettes publiques et privées sans limites....
La richesse d’un pays c’est ce qu’il peut produire pour nourrir , loger, soigner, éduquer...sa population pas l’argent qu’on fabrique au kilomètre avec une souris d’ordinateur pour inonder la spéculation alors qu’on " affame" l’économie réelle en ne mettant pas dans le circuit l’argent nécessaire aux échanges de biens et services alimentant ainsi le chômage et la précarité.
L’avenir s’annonce churchillien :< Blood and tears !> 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe