Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 14 janvier 09:49

@yoananda2

"Ceci dit, il y a une procédure engagée par l’ordre des médecin pour charlatanisme. (la c’est factuel et de notoriété publique) Ca j’ai le droit de le dire non ?"

Absolument, c’est un fait objectif ! Le fait d’être accusé par quelqu’un de quelque chose signifie seulement que quelqu’un nous accuse (et non qu’on est coupable). De même, on peut indiquer qu’une personne a été condamnée, qu’elle a fait de la prison, etc, quand c’est effectivement le cas, bien sûr. 

Concernant les études bidonnées, ou falsifiées, voire "corrompues" comme cela a parfois été parfois titré dans les médias, nulle ne l’est plus objectivement que celle du Lancet dont les données étaient fausses, absurdes et probablement inventées. Quand les auteurs déclarent qu’ils "ne peuvent plus se porter garants de la véracité des sources primaires de données", ça veut dire non seulement que toute l’étude s’écroule mais que la méthode même doit être remise en question (sans même parler du ridicule quand les photos pornographiques de la prétendue "directrice commerciale" de la société fictive chèrement payée pour fournir les données ont fait le tour du monde). C’est le danger que courent les gens qui se proposent de produire de la littérature médicale sur la base de données abstraites sans avoir vu un seul patient atteint de la maladie dont ils prétendent parler, et qui à force de ne vivre que dans des abstractions ne se rendent pas compte des absurdités concrètes qu’ils énoncent, ayant perdu tout contact avec la réalité. Cela fait penser au statisticien fou qui croit vraiment que chaque française a 1,8 enfants.  smiley 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe