Tchakpoum Tchakpoum 10 janvier 10:17

La "guerre civile mondiale" est aussi la thèse de Pankaj Mishra avec « L’âge de la colère, une histoire du présent ». Auquel cas, si l’invasion du Capitole est une défaite politique du trumpisme, elle signerait symboliquement l’affichage du droit des peuples à leur souveraineté. Ce qui rejoint les intuitions de yoananda et de Qaspard. Ou l’hyperclasse mondiale contre les habitus des indigènes de Conferençovore. Ou dit autrement par Michelle Bachelet, passée des geôles de Pinochet à la fonction de présidente du Chili, elle avait bien saisi les revendications des gilets jaunes depuis son poste à l’ONU : «  ce qu’ils considèrent comme leur exclusion des droits économiques et de leur participation aux affaires publiques ».

Le bouquin de Misha ouvre un large panorama de l’histoire des idées, qui décrit la déception des promesses de la modernité et la montée des ressentiments à la perte de souveraineté et de vie des peuples que cette marche vers la modernité a coûté. Il fait toutes sortes de rapprochements d’évènements politiques et idéologiques historiques comme contemporains, qui peuvent sembler audacieux, mais qu’il inscrit dans le sillage du conflit intellectuel entre Voltaire et Rousseau. Voltaire est le siècle de lumière, de la rationalité scientifique et politique, des droits individuels et libéraux. Rousseau, est le romantisme le contrat populaire et la fusion des sentiments entre des personnes qui se reconnaissent dans leur mode d’existence.

https://www.zulma.fr/livre-lage-de-la-colere-une-histoire-du-present-572178.html (ouvrir les fenêtres flottantes).

Si quelqu’un est intéressé pour éditer le propos de Barbara Stiegler (qui s’est aussi intéressée à Carl Schmitt) sur « l’encombrement » de la démocratie, je laisse.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe