Djam Djam 17 novembre 20:59

Comprenez bien, chers amis commentateurs et Simple citoyenne, que le gang élyséen sait très bien que l’épidémie est au ras des pâquerettes, il faut garder à l’esprit les raisons qui ont permis d’imposer ce petit monsieur à la tête de l’état français en ruine.

Macron a été coopté habilement parce que son profil (notoirement pervers et narcissique) assure à ses souteneurs d’arrière-plan l’obsessionnelle exécution de ce pourquoi il a été repéré.

La "feuille de route" de Macron consiste à casser toute résistance et toute énergie type GJ parmi la population. En poursuivant cette dictature sanitaire bidon, le gang sait très bien qu’il détruit et le dernier rempart économique français qui est le réseau dense des artisans et indépendants et toute velléité de ruade.

Observez bien comment la grande majorité à accepté de s’affublés d’un filtre à café sur la courge ! Observez comment tous les "gestes barrières" imbéciles sont en train de se banaliser, comment plus personne n’ose se serrer la main ni se serrer dans les bras. Oui, observez l’efficacité redoutable des méthodes de pervers qui savent parfaitement détruire, casser les gens par l’intérieur.

Ce qui caractérise la culture française, en dépit de l’américanisation gerbatoire, c’est l’art de vivre, de partager un casse-dalle, un café en terrasse, c’est prendre du temps pour déguster un bon repas, gloser interminablement sur la saveur d’un bon vin, c’est trainasser en balade, en ville ou ailleurs. Le français n’est pas un agité obsédé par la compétition ni la performance chères aux ricains qui ne savent faire que ça.

Et voyez comme tout cela est en train d’être méthodiquement évacué, empêché, détruit par ce gang malfaisant. Quand ce pervers s’en vient expliquer doctement sur un ton de prof en pleine séduction intellectuelle (là : https://www.youtube.com/watch?v=GV2ZI8eOd18&feature=emb_logo) à 3 apprentis journalopes inertes que nous "assistons à un changement profond anthropologique (sic) c’est exactement de cette destruction volontaire dont il parle. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe