Tchakpoum Tchakpoum 16 octobre 00:15

"l’état de nature dans lequel règne la guerre de tous contre tous"

On avait déjà vu avec Rousseau que l’état de nature, était au siècle des lumières un instrument de réflexion, une hypothèse construite par les philosophes sur un état imaginaire des humains qui n’ont pas fait civilisation, avec des constructions des sociétés sédentaires. Les connaissances éthologiques étaient en effet très faibles à l’époque.

Il serait plus juste et plus proche de réel de dire "l’homme est un singe pour l’homme". Cette affirmation laisse entrevoir une panoplie plus vaste de comportements, selon les situations. Et la propension des singes comme des hommes est de faire société. La prédation n’est pas constante, mais ponctuelle, tempérée, alternative aux interactions organiques du groupe avec les échanges utiles, affectifs et la protection collective.

D’ailleurs les loups ne pratiquent guère la prédation entre eux. Après, les loups sont organisés en société de chasse, la prédation est une fonction collective.

 La guerre de tous contre tous traduit plutôt la loi : "il vaut mieux tuer avant d’être tué". Ce qui se passe dans les sociétés dégradées, qui ne garantissent plus les fonctions protectrices, sociales, économiques, culturelles. Les réflexions de Hobbes ont été alimentées par la scissiparité d’une croyance commune, cohésive d’une société, qui devient destructive lorsqu’elle se dédouble : les guerres de religions.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe