REMY Ronald REMY Ronald 7 septembre 21:19

Le club trans-partis "En marge" réclame depuis 5 mois une étude comparative loyale, transparente, médiatisée à Paris. (NB / Des milliers de tracts gratuits comme celui-ci, et améliorable, sont à votre disposition).

.

Les anti chloroquine refusent les résultats médicaux concrets obtenus à Marseille ou ailleurs. Ils vivent dans le déni au prix de la vie de leurs patients (les statistiques démontrent qu’ils sont bien plus nombreux à décéder en Ile-de-France).

.

Ils bénéficient du soutien financier (prouvé) des multinationales de la pharmacie et du Ministère de la Santé. S’ils sont honnêtes, non corrompus, ils doivent au moins participer à l’étude comparative parisienne que nous réclamons :

La thérapie parisienne (Doliprane, médicament connu et très ancien) serait assurée par l’équipe désignée par le Ministère de la santé, et comparé à la thérapie marseillaise (Hydroxichloroquine, médicament connu très ancien), assurée par une équipe franco-marseillaise pro-Raoult. Le tout à Paris, au vu et au su de tous les médias (y compris "The Lancet") et de toutes les institutions médicales (y compris l’OMS qui, après le fameux scandale du "Lancet-gate", comme la quasi totalité des pays de la planète, soutient maintenant à fond l’hydroxichloroquine).

.

Au bout de 9 mois de lamentables polémiques télévisées entre blouses blanches, cette étude comparative s’impose. Le résultat de cette étude loyale et transparente complétera le compte-rendu des deux commissions d’enquête parlementaire).

.

Le tout si possible avant le menaçant printemps 2021... (risque de forte conjonction des crises sanitaires, économiques, sociales et politiques)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe