REMY Ronald REMY Ronald 4 septembre 11:22

Cette plainte démontre magistralement la formidable influence du "Big pharma" sur les esprits vulnérables via la soigneuse et massive corruption de médecins, politiciens et médias.

.

Aux opposants de la "thérapie marseillaise", nous réclamons depuis 5 mois une étude comparative loyale, transparente, médiatisée à Paris. (NB / Des milliers de tracts gratuits comme celui-ci, et améliorable, sont à votre disposition).

.

Les anti chloroquine refusent le constat issu des résultats médicaux concrets obtenus à Marseille ou ailleurs. Ils vivent dans le déni le plus grossier, au prix ignoble de la vie de leurs patients (dont les statistiques accumulés démontrent qu’ils sont bien plus nombreux à décéder).

.

Puisqu’ils bénéficient du soutien financier (démontré) des multinationales de la pharmacie et du Ministère de la Santé, la moindre des choses est qu’ils participent à l’étude parisienne que nous réclamons :

La thérapie parisienne (Doliprane, médicament connu et très ancien) serait assurée par l’équipe désignée par le Ministère de la santé, et comparé à la thérapie marseillaise (Hydroxichloroquine, médicament connu très ancien), assurée par une équipe franco-marseillaise pro-Raoult. Le tout à Paris, au vu et au su de tous les médias (y compris "The Lancet") et de toutes les institutions médicales (y compris l’OMS qui, après le fameux scandale du "Lancet-gate", comme la quasi totalité des pays de la planète, soutient maintenant à fond l’hydroxichloroquine).

.

Comme à son habitude, le club trans-partis "En Marge" propose du carré, du transparent, du concret. C’est ce que le peuple maintenant exaspéré et chauffé à blanc réclame. Au bout de 9 mois de lamentables polémiques de blouses blanches, ce serait la moindre des choses.

.

NB / Petit mot en direction de l’élite dirigeante et de ce qui font tout pour gagner du temps afin que l’étude comparative parisienne n’ait jamais lieu : Quelle est l’alternative inévitable à ce que nous proposons et qui correspond à la demande du peuple à bout de patience ? : l’allumage d’une mèche de plus dans l’actuel processus de jacquerie avec risque de grande explosion sociale en Mars 2021. Conclusion : ce lamentable dossier de la mauvaise gestion de la santé doit donc être publiquement clos AVANT cette date (avec ou sans le compte-rendu de la commission d’enquête parlementaire).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe