News 30 juillet 09:01

@beo111 Il faut bien que les classes laborieuses, classes modestes et moyennes nourrissent la mamelle de la République. On comprend pourquoi nos dirigeant sont tant attachés à cette expression surannée car sans cette dérive à la française ceux qui bénéficient de privilèges exhorbitants et méconnus ne pourraient pas parasiter les travailleurs.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe