Bernard Mitjavile 28 juin 08:44

Bhl, c’est la vulgate kantienne réduite à sa plus simple expression : les conséquences de nos actes n’ont pas d’importance, tout ce qui compte c’est notre prétendue bonne motivation. Ainsi je lance avec des amis, SOS racisme, j’en vois les conséquences désastreuses avec le développement du communautarisme, du droit à la différence, des conflits dans les banlieues mais ce n’est pas ma faute, j’appelle à renverser Kadhafi, j’en vois les conséquences désastreuses en Libye, au Sahel et en Europe avec l’immigration venant des côtes libyennes, mais c’est pas ma faute, j’avais de bonnes intentions voulant défendre les droits de l’homme. On peut continuer comme cela longtemps.

Georgina Dufoix dans l’affaire du sang contaminé reconnaissait au moins sa responsabilité avec son "je suis responsable mais pas coupable", lui n’est même pas à ce niveau et ne se reconnait aucune responsabilité. Et bien sûr, il y a sa haine anti-française qui suinte tout au long de son chef d’oeuvre "L’idéologie française" où il passe la culture et l’histoire de France à la moulinette de l’antisémitisme. Avec sa prétention, il pourrait aussi bien passer les évangiles et le christianisme à cette même moulinette.

Mais il y a un point important dans cette histoire, le fait que les médias ont fourni une caisse de résonance à sa "philosophie" pendant des décennies. Ces médias ont une responsabilité peut-être aussi lourde que BHL et donc, il ne faut pas s’arrêter à sa personne mais voir les intérêts de ceux qui ont promu ses idées.. Malgré ses tirades de sermonneur des droits de l’homme en colère et retirant sas veste, Zemmour a réussi à faire passer ce qu’il y avait de faux dans ces indignations théâtrales.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe