Gollum Gollum 18 mai 09:14

Bonne idée que ce sujet consacré à N.

Le petit gars se débrouille plutôt bien et a assez bien résumé l’ouvrage.

Ainsi, le christianisme en tant que mouvement religieux (à distinguer de la spiritualité) constituerait une trahison de Jésus-Christ en ayant construit un moralisme encore plus massif que le moralisme judaïque des pharisiens et qui fut fondé à partir du ressentiment des masses.


C’est bien ce que l’on a vu tout au long des siècles.. D’où l’échec du christianisme.


On peut évoquer Kierkegaard qui avait fait le même constat que J. Ellul avec son opposition chrétienté/christianisme... et qui avait "prophétisé" que le christianisme émergerait quand la chrétienté serait morte et que cette dernière était le plus grand obstacle à son émergence..


CG Jung fit un constat analogue.


C’est le sur le constat de cet échec des religions constituées qu’Abraham Maslow milita pour une voie médiane, fondée sur les sciences, et donnant aussi un certain crédit aux fondateurs de religions qui auraient eu, selon lui, des expériences paroxystiques, sur la nature ultime de la réalité. Et qu’ils auraient essayé de valider dans le langage de leurs propres expériences et milieux culturels.


D’où un subtil mélange de vrai (les expériences mystiques) et de faux (l’influence du milieu culturel et de sa mythologie propre). Ainsi de Jésus qui aurait eu une expérience vraie (avant qu’Abraham fut je Suis) tout en validant du faux : Noé, et Abraham, etc...


On peut dire que Maslow fut un disciple de Nietzsche car il est clair que N. parle comme quelqu’un qui aurait eu des expériences paroxystiques et même aurait été sur le chemin du célèbre processus d’individuation de CG Jung.


Le langage quasi onirique d’ailleurs du Zarathoustra ne trompe guère à cet égard.


Le concept de surhomme procède de ce processus. L’homme est en effet susceptible d’aller beaucoup plus loin que sa nature originelle. (Du reste c’est ce que proclament toutes les religions. Divinisation de l’homme dans le christianisme, nature de Bouddha dans le Bouddhisme, état de Jivan-Mukta dans l’hindouisme)


C’est ce qu’a montré CG Jung et en ce sens on peut dire que Nietzsche a eu une flopée de disciples : Maslow, Jung, Stanislav Grof...

On peut y rajouter R. Abellio.


Bien évidemment, Spinoza avec sa connaissance du troisième genre fut un précurseur de Nietzsche.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe