medialter medialter 16 avril 12:27

Je remets ici mon avis sur la « crise » du coronavirus, que je viens de mettre sur l’autre fil, parce qu’il y a plus sa place :

*

En France, tout a été fait DELIBEREMENT pour porter le nombre de décès à son maximum :

- Pas ou quasi pas de dépistage : La France a volontairement tardé à pratiquer le dépistage massif, comme il était pratiqué dans d’autres pays, et comme le recommandait l’OMS. L’Allemagne, qui a pratiqué massivement le dépistage, ne compte, à ce jour, qu’un peut plus de 3000 décès (largement moins qu’une grippe saisonnière), contre 17.000 en France

  • Chloroquine :

  • Ce médicament, qui était utilisé jusque 2019 de manière totalement libre, a été classé par arrêté du 13 janvier (au début de la pandémie mondiale et juste avant le confinement français) par Buzyn comme substance toxique, et a perdu son autorisation d’AMM. Devant le tollé général, il est pourvu d’une exception dérogatoire « dans l’urgence sanitaire » et « pour les cas graves » le 26 mars

Dans d’autres pays, il est clairement recommandé, par ex en Chine ;

Conseil des affaires de l’Etat chinois a communiqué, le 17 février, sur les résultats des essais cliniques in vivo conduits sur ce médicament : « Le phosphate de chloroquine, un médicament très ancien utilisé contre le paludisme, a montré lors des essais cliniques conduits dans un certain nombre de cliniques en Chine, une efficacité notable [marked efficiency] dans le traitement de la pneumonie associée au Covid 19. »

- confinement bidon : libre circulation complètement autorisée (l’auto-permission de fiches dérogatoires que chacun pouvait se signer étant une blague). Supermarchés bondés (expériences personnelles), la plupart des clients étant sans masque, chacun touchant à discrétion fruits, légumes, caddies … La moindre des préventions aurait été d’imposer les masques, mais on sait ce qu’il en a été.

*

Opacité et majoration des chiffres français de décès

*

- J’ai eu un discours avec un médecin (que bien sûr je ne citerais pas). Dans leur majorité, les hopitaux ne sont pas plus remplis qu’en temps normal, à quelques exceptions près.

- opacité volontaire relatives au nombre de décès de la grippe (hiver 2020), et probablement mélange délibéré des chiffres. Certains médias indiquent un nombre dérisoire de décès de la grippe (Ici http://www.francesoir.fr/societe-sante/combien-y-aura-t-il-de-morts-de-la-grippe-en-2020 55 morts seulement, alors que la moyenne annuelle est d’environ 10.000)

- Ont été comptabilisés comme décédés les patients traités au rivotril (en clair, euthanasiés), ou étiquetés LATA (Limitation et Arrête des Thérapeutiques Actives)

  • Ont été déclarés décédés du coronavirus les patients testés positifs, mais sans comptabilité des comorbidités latentes (hypertension, diabète, maladies respiratoires chroniques etc …).

*

En clair, tout a été fait pour majorer les chiffres

*

Pourquoi cette majoration de chiffre et ces choix stratégiques à maximiser les dégâts du virus ?

*

1/ Pour justifier rétroactivement ce confinement, et s’en gargariser (confinement sans intérêt et sans efficacité, puisque sans masque et sans gants). Un virus qui touche essentiellement les personnes âgées (75% des décès se situent chez les plus de 75 ans), le gouvernement a plutôt besoin d’un nombre élevé de victimes (confine-t-on tous les ans pour la grippe saisonnière, qui fait en moyenne 10.000 morts par an ? Non). La Suède, qui n’a pas confiné, ne déplore, à ce jour, que 1200 décès (si on ramène à la population française, cad que si la Suède avait 67 M habitants, cela ferait en équivalent environ 7500 décès, soit moins de la moitié de la France à la même date). Comme je l’avais prévu, on va entrer en mai dans une phase de dé-confinement, et il sera toujours préférable pour le gouvernement d’avoir 30 ou 40 mille morts plutôt que 10.000 morts

*

2/ Vu l’éternelle implication de Big Pharma dans cette affaire (ici le trio Salomon-Buzyn-Lévy, on ne saurait que trop rappeler les 11 vaccins obligatoires de Buzyn), les actionnaires des EPHAD (banques, assurances, haute finance), ce chiffre justifiera dans l’avenir de futurs traitements très coûteux dans les pandémies à venir, que ça soit les mutations du coronavirus, ou d’autres qui, selon moi, monteront en puissance

*

3/ Banaliser les futurs confinements avec le plébiscite des masses, de manière à justifier ses renforcements ultérieurs, vaccinations obligatoires, interventions des militaires, traçages systématisés ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe