Conférençovore 22 mars 08:15

@yoananda2 Article intéressant mais qui pose plusieurs pbs (et pas les moindres)...

C’est un détail mais comme la pratique m’horripile je le signale : le titre avec la ponctuation " ?!" est très agaçant.

En gros, il dit que : * Il faut respecter les consignes de confinement même si c’est un pis-aller : ça c’est pour les petits enculés (il n’y a pas d’autre terme) qui jouent encore les rebelles à 4 sous. C’est d’ailleurs un peu paradoxal avec ce qu’il préconise plus loin.

* Le covid-19 est presque bénin pour les personnes sans (poly)pathologie et ne touche pas les enfants et donc on pourrait réouvrir les écoles : il a oublié qu’une telle mesure reviendrait à exposer les adultes qui y travaillent, les parents, bref multiplier des risques inutilement alors qu’on ignore qui est contaminé. Comme nous avons de plus en plus de données on peut aussi dire que cette histoire comme quoi ca ne toucherait que les vieux est discutable, même si l’âge médiant des morts en Italie est tres élevé. Une responsable du Centre des alertes sanitaires, Maria Josa Serra, en Espagne explique que « Près de 70% des patients placés dans des unités de soins intensifs ont plus de 60 ans ». Bref, c’est un peu à nuancer...

* il y a risque réel d’engorgement de l’HP et ne nie en rien qu’il y a malgré tout "une situation d’urgence". Ça c’est pour les mêmes petits enculés.

* "la réduction drastique du temps de portage viral donne non seulement l’espoir de traiter les cas critiques, mais aussi de réduire le temps nécessaire à une personne infectée pour ne plus être contagieuse. Et donc présente des perspectives énormes pour prévenir la propagation du virus.". Il dit cela à propos des patients traités à la chloroquine. Sauf que quel est le %age de patients qui seraient traités par rapport au nbre de contaminés dans la pop ? En gros ça ne jouerait que sur 10% de la pop (sans doute moins encore)... Ça fait pas lourd pour empêcher la propagation.

* que nos gouv ont pris les mauvaises décisions et que la solution était le dépistage systématique et confinement des seuls porteurs : bon, pour le premier il me semble que plus personne n’en doute et effectivement c’est sans doute l’urgence absolue. Mais pour le second n’est-ce pas un peu tard ? On sait qu’il y a probablement 10-50 fois plus de porteurs (en fait on en sait rien puisqu’il n’y a pas de dépistage systematique) et pourtant il écrit "Confiner chez eux des gens qui ne sont pas porteurs du virus est infectiologiquement absurde- le seul effet d’une telle mesure est de détruire l’économie et la vie sociale. Un peu comme bombarder une ville pour en éloigner les moustiques porteurs de malaria…". Oui, mais ce serait vrai s’il y avait quelques dizaines de cas et que toute la pop avait été dépistée... En fait, dans tout son article j’ai l’impression qu’il critique la stratégie empruntée des le début mais ne tient pas compte de la situation actuelle.

* que les médias ont alimenté la psychose : les MSM ont relayé ce qui s’est passé en Chine avec le confinement (musclé : en Italie, ils viennent de prendre des mesures plus dures. L’envoyé chinois de la Croix-Rouge s’est dit consterné qu’il y ait encore des transports en commun en fonctionnement en Italie, que bcp de gens ne portent pas de masques... En clair et en vérité : pour ceux qui pensent que l’on a seulement du retard à l’allumage par rapport à la Chine, c’est pire que cela : on est très En-deçà des mesures que eux ont pris avec 300 cas : je reformule, en Italie il y a près de 50 000 cas et les mesures de confinement sont inférieures à celles de la Chine quand elle en avait... 300) de 50 millions de Chinois. La psychose est née à la fois de la propagation rapide du covid-19 et d’une potentielle reproduction de la mise en oeuvre de cette mesure exceptionnelle chez nous. Comme 99% de la pop n’a jamais vécu ce type de situation il est totalement "normal" qu’elle ait suscité une forme de panique sachant qu’en plus il reste bcp d’inconnus quant à la suite des événements.

* que la chloroquine est vraisemblablement le traitement ad hoc. Fort bien si tel est vraiment le cas et pour un patient qui risque de crever, mieux vaut tester ce traitement même si toutes les expériences n’ont pas encore pu être conduites pour reproduire les résultats des deux premières effectuées. Là-dessus pas besoin d’etre un pro pour être d’accord. N’importe qui ayant un proche en réa prefererait que soit tenté ce traitement plutôt que d’attendre de recevoir le coup de fil fatidique.

Néanmoins ce traitement ne changera rien à la propagation du virus. Pas plus qu’un vaccin d’ailleurs, à moins qu’il n’arrive très vite et quand bien même, vacciner des dizaines de millions de gens ne se fera pas en qq jours.

* que la létalité serait de 0,3% cf. data chinoises (il me semble qu’il y a des papiers sur la question mais ça ne tient pas compte de la pyramide des âges différentes en Europe de l’ouest) . Admettons. Si 50% de la pop fr est touchée ça nous fera quand même 100 000 morts (sans compter les cas de malades d’autre chose qui n’auront pas pu être pris en charge faute de moyens humains ou matériels). Du coup la comparaison avec une simple grippe tombe à l’eau.

Bref, je le trouve un brin optimiste. En l’état actuel il y a bcp trop d’inconnues et le bilan italien a de quoi faire réfléchir : 42 681 malades (+ 4 821), 4 825 morts (+ 793), 6072 seulement déclarés guéris (+ 943). Entre 6 et 7000 nouveaux cas en 24h, et ce ne sont que les testés positifs... en réalité les porteurs sont sans doute bien plus nombreux. Son calcul consistant à minimiser la létalité va de paire avec le fait qu’il y a bien plus de porteurs dans la nature et donc de chance de contamination (surtout en l’absence de respect des règles, ce que l’on constate).

Je passe sur les polemiques internes au milieu de la recherche, mais voilà la lecture critique que j’en fait (avec les erreurs possibles que cela suppose).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe