Gollum Gollum 21 mars 17:17

@yoananda2

Autant il fallait abattre l’église, autant déifier la raison a été une connerie monumentale, qui nous a précipité dans le "matérialisme" en effet, dont le transhumanisme sera l’aboutissement à cause des progrès techniques débridés.

Tout à fait. Mais il était fatal de sombrer dans le rationalisme, et le matérialisme qui va avec, car la spiritualité chrétienne a été, certes une spiritualité qui a donné les cathédrales, un frein même aux pulsions de descente dans la matière, mais au prix d’une névrose chrétienne collective de culpabilité maladive, associée à de la coercition, de la superstition de masse, les absurdités théologiques absolument risibles et j’en passe..

Et comme il fallait s’y attendre une telle dérive ne pouvait qu’entrainer l’excès inverse. Le libertinage des Lumières n’est rien d’autre qu’une réaction aux visions négatives quant à la sexualité imposée par l’Église. Avec le goût de l’interdit bien évidemment, réaction là aussi à l’autoritarisme ecclésiastique..
Sans spiritualité aucune aussi bien dans un cas que dans l’autre on est loin de l’esprit tantrique.. (il y a eu un relatif mouvement de sexualité sacrée chez les troubadours, Dante.. mais minoritaire)

Bien évidemment les cathos réacs profitent des tares du monde moderne pour essayer de croire au retour de l’Église seule garante d’un paradigme spirituel sain.. C’est la mouvance Soral, celle de Hillard qui ont cru leur heure arrivée mais qui semblent en perte de vitesse.. Ce fut juste un frémissement, une mode passagère..

Mais ce monde là est mort il ne reviendra jamais. C’est une voie sans issue. Les cathos sont comme les communistes d’aujourd’hui qui croient encore au grand soir alors que leur univers s’est effondré depuis longtemps.

Ils n’ont pas compris non plus que ce monde moderne né en 1789 pour eux et dont ils attribuent la paternité au diable et aux franc-maçons, est en fait le résultat de leurs propres déficiences et excès.. Et que donc ils n’ont que ce qu’ils méritent.

Il faut trouver ou retrouver une spiritualité qui fasse une place équivalente à la matière et à l’esprit, seule capable d’éviter ces mouvements de balancier dans un sens ou dans l’autre.. Nietzsche est un bon candidat et un précurseur.. Il y en a d’autres.. Abellio par exemple. Bien évidemment la place de la raison doit y être ferme sans pour autant en faire le sommet du psychisme humain. Et une raison non plus linéaire mais dialectique à l’image de celle de la Chine (Yin/Yang).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe