maQiavel maQiavel 10 février 11:48

@yoananda2

Pour tenter de faire le court possible, Mila est une marque. Comme Nabila, les Kardashian ou une quelconque personnalité qui est suivie sur instagram. Certes cette jeune fille n’était pas une aussi grosse marque que ces personnalités mais elle était une petite célébrité locale. Et dans sa clientèle, il y’avait les élèves de son bahut. Très souvent, ces clientèles sont liées par un système de valeurs. Et ce qu’on remarque dans le cas des personnalités publiques, les shitstorm démarrent parce que la célébrité viole ces valeurs. Et ça part sur du cybermobbing : un mélange de diffamation, de harcèlement et de menaces. Il existe des tas d’exemples comme ça qui finissent en « lapidation digitale », les cas de cyber harcèlement sont de plus en plus fréquents et touchent différentes catégories de personnes, ça ne se limite pas au cadre franco-français, c’est planétaire. Et on retrouve souvent le meme processus.

Les shitstorms prennent un écho encore plus grands lorsqu’ils sont relayés par les médias et c’est ce qui est arrivé dans ce cas où des gens ont tenté de politiser l’affaire en faisant de cette fille un symbole de leur lutte contre les musulmans ( la personne qui a rendu ce cas public est très lié aux réseaux pseudo-identitaires), ce qui était le meilleur moyen de renforcer la vague.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe