Conférençovore 11 janvier 15:05

@TotoRhino Il y a un effet amplificateur (réseaux sociaux en tête mais aussi le simple fait que tout le monde peut filmer tout) que tu négliges et qui te fait penser que c’est pire actuellement.

La question s’est cristallisée autour du LBD (qui fait des ravages, c’est évident mais "bizaremment" pas contre tout le monde... chaque jour des pompiers se font caillasser et des commissariats sont pris d’assaut mais étrangement... bref) mais pour avoir fait des manifs plus jeune en tant que gauchiste à l’époque, le niveau de violence ne me semble pas pire aujourd’hui. Les tabassages n’étaient juste pas filmés mais ils étaient aussi intenses,voire bien pire (Charonne...).

Il y a aussi le fait que les gens qui ont manifesté ces derniers temps ont, pour beaucoup, découvert ce que c’est le pendant, à savoir se faire rouer de coups au sol par des CRS qui, eux, jouissent du monopole de la violence "légitime". Ce fût largement le cas des GJ. La différence est évidente avec certains pros de la manif musclée et organisée comme par exemple les dockers, les gros bras de la CGT etc. Déloger du docker n’est pas la même histoire qu’évacuer des masses.

De même les affrontements entre groupes politiques opposés étaient infiniment plus durs il y a quelques décennies. Et là aussi, il n’y avait pas de téléphones portables pour immortaliser cette violence.

Là les CRS se font plaisir avec pas mal de gens un peu naïfs. La chute est d’autant plus dure que l’on est pas préparé à tomber.

Là où je te suis c’est sur la terreur étatique. Je récuse en revanche l’emploi du terme terrorisme parce qu’il existe des nuances évidentes dans les entreprises de terreur : Les CRS ne posent pas de bombes ni ne mettent des coups de couteaux. Parler de "terrorisme" conduit à amalgamer des modes d’action de nature très différentes. La stratégie n’a strictement rien de nouvelle : on casse quelques bouches, cela fait monter la sauce et donne des raisons d’en casser d’autres et de procéder aux interpellations. La fois d’après, une partie des manifestants restent en retrait ou à la maison et les journaux titrent "baisse de la mobilisation". Le gouv joue la montre, la carte de l’épuisement. Évidemment ces violences sont minimisées mais tu regardes bien la réalité en face, tu admets qu’ils font de même avec celle de la racaille. Il n’est pas donné à tout le monde de tout brûler en toute impunité... Ce deux poids deux mesures archi évident devrait un peu faire réfléchir...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe