REMY Ronald REMY Ronald 23 octobre 05:06

J’aime entendre Bernard Henri Lévy, sa culture et sa passion à vouloir défendre aussi bien les musulmans laïcs Bosniaques (menacés à la fois de purification ethnique par des dirigeants serbes fous, et d’infiltration par les djihadistes et les imams financés par l’Arabie Saoudite) que les musulmans laïcs kurdes menacés de purification ethnique par les islamo-turcs, en passant par les musulmans laïcs de Lybie face aux frères musulmans et leurs mercenaires djihadistes finançant leurs activités criminelles par les trafics humains et de drogues.

J’aime aussi la vision BHL d’une Europe humaniste unifiée et rayonnante (malgré les énormes manquements et faiblesse de cette construction depuis 50 ans). Un souffle d’idéalisme qui fait du bien à ceux qui partage cet idéal (le casablancais que je suis milite depuis 50 ans pour cet idéal jugé à l’époque complètement utopique).

.

J’aime entendre Eric Zemmour qui ose parler des problèmes graves que la "bien-pensance" (humanisto-naïve dans certain cas, ou dogmatiquement complice de l’autre) n’a cessé de nier (dans certains cas) ou de censurer avec procès à la clé (dans l’autre). J’aime le pragmatisme et le courage de ce signaleur d’alerte dont la culture est aussi grande que sa pugnacité. Pas uniquement parce qu’il est un "pied noir" comme moi (à LaREM, on nous étiquette de "criminel de l’humanité" parce que, contrairement aux barbares d’autrefois (qui massacraient, pillaient, détruisaient ce qu’ils ne volaient pas, violaient, emmenaient en esclavage ceux qu’ils ne tuaient pas), nous avons construit des ports, des routes, des hôpitaux, des écoles, sur un continent où régnait encore l’insécurité, la piraterie et l’esclavage (interdit en France en 1789-93 et depuis 1848).

.
J’ai aimé écouter et voir débattre ces deux splendides bretteurs médiatiques. Certes, emportés par une saine passion, ils ont parfois tendance à se couper la parole. Mais tous les deux défendaient leur point de vue respectif avec arguments et conviction. Pour moi, j’ai l’agréable sentiment qu’ils œuvraient tous deux à la diffusion de la vérité, avec autant d’évidence qu’il y a à découvrir divers points de vue autour d’une bouteille.
La vision de la grande étiquette n’est pas la même que celle de la petite étiquette, ou bien au dessus du goulot ou encore dans le creux du culot sous la bouteille.
.
Ce paradoxale "en même temps" que je vous décrit vivre intellectuellement n’est pas si paradoxale que cela. Nombre de français apprécient "en même temps" les courageuses paroles de l’un et les courageuses paroles de l’autre. Et nous, les macroniens critiques de "En marge", comme les "bouledogues de la République" présents mais minoritaires dans tous les partis, nous détestons l’eau tiède des fades réunions convenues où nombres de dossiers graves (que nous appelons "orphelins") ne sont jamais abordés. Ni au sein de LaREM jusqu’à ce jour depuis 2017, ni au sein des autres partis parlementaires... depuis des décennies !

.

J’ai trouvé ce débat trop court.

Une autre séance devrait être consacrée à la construction de l’union européenne.

Car en cette matière, il ne faut pas seulement critiquer, il faut aussi proposer.

Je suis donc impatient de connaître le point de vue et les propositions concrètes d’Eric Zemmour, surtout depuis que Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont repris ("en même temps") aux dernières élections européennes, notre vieux slogan d’Europe des Nations, de Gibraltar à Vladivostok (Macron avait dit de Lisbonne à Vladivostok), et ont souscrit (comme l’équipe de Marion Maréchal) au principe d’Europe à géométrie variable avec des agences sectorielles autonomes transparentes, contrôlées par le Parlement Européen, que les Nations peuvent rejoindre ou quitter et rejoindre à nouveau (sans l’actuel processus "shadock" aberrant du Brexit qui ridiculise nos dirigeants depuis plus de trois ans).

.

En résumé :

Bien que fiers de notre travail militant accomplis sur nombre de dossiers (qui mérite eux aussi des débats sérieux et passionnés), Eric Zemmour et Bernard Henri Lévy ont tous deux, dans leur domaine respectif, bien mieux exprimé nos idéaux, nos espoirs et nos craintes que nous, militants de base, n’avons sur le faire depuis 30 ans.

.

Remarque :

Reconnaissez, chers internautes, que malgré son actuelle fatigue, lassitude et parfois ses frustrantes impuissances sectorielles, malgré ses trop nombreux et coûteux hauts fonctionnaires débiles, malgré l’absence de pétrole etc., notre beau pays

regorge de nombreux talents d’écrivains-débatteurs. C’est, entre autres, ce qui me rend optimiste pour l’avenir de nos enfants.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe