Conférençovore 23 octobre 2019 09:49

@maQiavel
"Je ne vois aucune nécessité de changer notre législation sur le port du voile. L’hostilité à quelque chose, le ressenti que cette chose constitue un danger, n’est pas pour moi un motif d’interdiction, ces sentiments fussent-ils majoritaires. Parce que ça peut conduire à une inflation législative qui mènera très loin."

La nécessité, le "danger" n’est certes pas.immediat comme pouvait l’être le voile intégral dont la caractéristique conduit à ne pas pouvoir identifier un individu dans l’espace public et constitue donc un potentiel danger. Néanmoins on l’observe déjà : ce vêtement polarise le corps social. Il participe activement à l’effritement du capital social. Au-delà de lui seul, les pratiques religieuses musulmanes posent de grandes difficultés aux acteurs du service du service public ("une France soumise" de G. Benssoussan, les livres d’Obertone, etc.) précisément dans ces institutions que sont l’hôpital public, le milieu scolaire, les conseils municipaux/régionaux, les piscines, les transports publics, etc.

Il me semble que cette dégradation du capital social est au contraire un réel danger pour le fameux vivre-ensemble qui existe en réalité de moins en moins, précisément parce que l’autorité publique a renoncé à le défendre réellement, à défendre l’intérêt commun, à créer les conditions d’une civilité partagée qui fait qu’il y a harmonie, "bon-être" collectif.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe