Conférençovore Conférençovore 5 octobre 2019 15:37

@louis Il y a deux réalités : 1/ Les lieux où se produisent ces agressions. Les quartiers à forte immigration africaine (c’est important : on ne voit jamais cela chez d’autres immigrations, les asiatiques, portugaises ou de l’Europe de l’est) ne sont pas les seuls où l’autorité est défiée mais il suffit de parcourir les faits divers pour comprendre que ce sont ces zones où la violence, le manque de respect de l’autorité en général, etc sont les plus graves. Ce sont les seuls quartiers où on caillasse des pompiers... Cet irrespect concerne d’ailleurs également les parents d’élèves... Ce genre d’agressions sont impensables dans les campagnes par exemple.

2/ La féminisation de la société occidentale avec le règne du compromis au détriment de l’autorité. Là c’est un tout (théorie de la déconstruction) qui fait qu’il n’y a plus de respect de l’autorité. Ce qui arrive est facilité par une autorité qui n’en est plus une et n’est donc plus respectable. L’éduc nat s’est, concrètement, féminisée mais elle n’est pas la seule (la justice est encore pire). De même, l’idée de compétition a été éradiquée au profit d’un nivellement par le bas. Le pédagogisme a également pris le pas sur les anciennes méthodes qui fonctionnaient, mais qui marchaient avec des petits européens... Si on omet cette donnée essentielle, on passe à côté de la problématique. Le fait de passer sous silence le 1) et expliquer le merdier dans ces zones par le seul prisme de 68 est précisément une expression de la féminisation. Elle revient à externaliser une fois de plus la problématique. Les gauchiasses expliquent en permanence que le problème serait réglé avec toujours plus de moyens. Ne tenant pas du tout (l’inverse en l’occurrence) ce discours et n’étant pas franchement soixante-huitard, je ne vois pas en quoi il est pertinent de m’adresser ce post...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe