Conférençovore 11 septembre 13:34

"....il devient alors possible avec la puissance législative, d’interdire la pratique de l’islam en France.....ce qui est une aberration pour les intérêts français....."

Voilà typiquement la malhonnêteté crasse dans toute sa laideur et qui explique la préférence d’une terminologie par rapport à une autre. Bien sûr que non que la pratique d’une religion ne peut être interdite (ça c’est dans certains pays...). Ce qui peut l’être ce sont des actes, par exemple l’interdiction des abattages rituels pour des raisons sanitaires, de bien-être animal, etc, pourrait parfaitement être mise en place. Dans un pays civilisé comme la France cela devrait être le cas (d’ailleurs ce n’est qu’une dérogation à la loi qui oblige l’étourdissement préalable) comme ça l’est dans une dizaine d’autres pays européens.

Les intérêts français ne sont certainement pas de voir des pratiques arriérées (abattages rituels, mutilations génitales, etc) se diffuser sur notre sol. Les propagandistes de certaines religions cherchent avant tout à criminaliser les critiques à leurs cultes par tous les biais possibles, notamment par cette victimisation grotesque, soit exactement le même procédé que celui d’autres organisations prétendant représenter d’autres minorités (deux principalement).

Bien que les pays musulmans figurent parmi les pires au monde (14 des 15 pires pays pour les chrétiens en sont) quant aux libertés des minorités, ils osent avancer chez nous l’argument de la liberté de conscience (combattue officiellement dans certains pays comme le Maroc...) alors qu’il n’est absolument pas question de la remettre en cause. Cet homme de paille est gros comme une maison, mais certains osent tout... C’est à ça qu’on les reconnaît.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe