Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 11 août 2019 04:55
lejules 10 août 19:33

"@Mao-Tsé-Toung

1/
(déjà bien répondu, rappelé ici pour le contexte)
vous avez une pédagogie que vous êtes le seul a comprendre ou du moins par quelques uns. n oublions pas que nous sommes sur agoravox.ce qui est dit doit s adresser au plus grand nombre.
2/
par exemple vous écrivez :
) En prenant en compte le principe de L. de Broglie, la longueur d’onde d’une particule qui bouge avec une impulsion p est donnée par l’expression : on calcule donc la valeur de l’impulsion
p = m.v = 9,1091,10-31 kg. 3.109 cm s-1.10-2 m.cm-1 = 2.7327 10-23 kg.m.s-
1
3/

for bien mais pourquoi faire dans quel but pour en déduire quoi ?

"
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
@lejules
2/ & 3/
"for bien mais pourquoi faire dans quel but pour en déduire quoi ?

"

En complément je donne ici, mon échange avec JC_Lavau

, pour ceux qui font des recherches et n’attendent pas de moi que je fasse tout le boulot ; autrement dit vous auriez du vous-mêmes en arriver là, si les fameux pré-requis ne vous manquaient pas :
-----------------------------------------------------

"JC_Lavau 5 avril 14:27

@Mao-Tsé-Toung. Jusqu’à plus ample informé, l’électron est la plus petite unité de charge électrique. En toutes circonstances, il est régi par l’équation de Dirac (1928), qui prédit que cette onde a quatre composantes, dont deux sont orthochrones, c’est à dire se propageant dans le même sens que notre macro-temps macroscopique, et deux sont rétrochrones. Il en résulte que l’électron a un moment angulaire intrinsèque irréductible ou spin, de valeur h/2, et un moment magnétique permanent.

Exercice :
les électrons qui tournent dans l’ESRF ont une énergie de 6 GeV chacun. Votre mission est de donner leur longueur d’onde dans notre repère, fixe.
...
D’où l’impulsion : p2 = [(6 GeV)2 - (511 keV)2] / c2= (E/c)2. (1- 7,25 . 10-9).

D’où p = 6 GeV / c = 961,3 . 10-12 J / c = 3,206 . 10-18 kg.m/s

Or on a déjà vu la loi de Broglie : λ = h /p = 206,6 am (attomètres). Ce qui est fort loin de l’échelle humaine, et même de l’échelle atomique. En revanche c’est de taille à provoquer une réaction nucléaire. Aussi durant des semaines après un arrêt de l’anneau, les matériaux de l’appareillage demeurent radioactifs sous les à-côté de ce bombardement.

Et que devient leur fréquence d’horloge intrinsèque, vue de notre repère ?

6 GeV / c = 3,206 . 10-18 kg.m/s

Divisé par la masse au repos de l’électron : 03,52010. 1012 m/s = 11 741,8 c

D’où la rapidité φ (nombre sans dimension, rapporté à l’unité c) :

φ = Argsinh(11 741,8) = 10,06406

D’où le facteur gamma : γ = cosh φ = 11 741,8 (à ces hautes énergies, le cosinus hyperbolique et le sinus hyperbolique de la rapidité sont presque égaux).

Rappel de la fréquence broglienne intrinsèque de l’électron (\fracm\cdot c^2h au repos) : 1,235 59 . 1020 Hz

Ralentissement apparent de l’horloge interne de Broglie : \frac1\cosh(\varphi) = \frac1\gamma

D’où la fréquence apparente vue depuis le laboratoire : 1,235 59 . 1020 Hz / γ = 10,523 001 . 1015 Hzlaboratoire

La seconde fréquence intrinsèque, celle de Dirac-Schrödinger, qui intervient dans les phénomènes électromagnétiques telles que la dispersion Compton, est le double de la précédente : 21,046 003 . 1015 Hzlaboratoire

La période broglienne dans le repère du laboratoire, inverse de la fréquence : 95,02992 . 10-18 secondes par cycle.

Hé non, vous ne pouvez pas multiplier cette période apparente par la vitesse apparente pour obtenir la longueur d’onde. Ce serait faux !

Répondre Signaler un abus Lien
vote
JC_Lavau
JC_Lavau 5 avril 16:38

@JC_Lavau. Je n’ai pas assez tenu compte des pertes des exposants dans cet éditeur. Exposant : ^
Indice : _
D’où l’impulsion : p² = [(6 GeV)² - (511 keV)²] / c² = (E/c)². (1- 7,25 . 10^-9).

D’où p = 6 GeV / c = 961,3 . 10^-12 J / c = 3,206 . 10^-18 kg.m/s

Or on a déjà vu la loi de Broglie : λ = h /p = 206,6 am (attomètres). Ce qui est fort loin de l’échelle humaine, et même de l’échelle atomique. En revanche c’est de taille à provoquer une réaction nucléaire. Aussi durant des semaines après un arrêt de l’anneau, les matériaux de l’appareillage demeurent radioactifs sous les à-côté de ce bombardement.

Et que devient leur fréquence d’horloge intrinsèque, vue de notre repère ?

6 GeV / c = 3,206 . 10^-18 kg.m/s

Divisé par la masse au repos de l’électron : 03,52010. 10^12 m/s = 11 741,8 c

D’où la rapidité φ (nombre sans dimension, rapporté à l’unité c) :

φ = Argsinh(11 741,8) = 10,06406

D’où le facteur gamma : γ = cosh φ = 11 741,8 (à ces hautes énergies, le cosinus hyperbolique et le sinus hyperbolique de la rapidité sont presque égaux).

Rappel de la fréquence broglienne intrinsèque de l’électron (\fracm\cdot c^2 h au repos) : 1,235 59 . 10^20 Hz

Ralentissement apparent de l’horloge interne de Broglie : \frac1\cosh(\varphi) = \frac1\gamma

D’où la fréquence apparente vue depuis le laboratoire : 1,235 59 . 10^20 Hz / γ = 10,523 001 . 10^15 Hz_laboratoire

La seconde fréquence intrinsèque, celle de Dirac-Schrödinger, qui intervient dans les phénomènes électromagnétiques telles que la dispersion Compton, est le double de la précédente : 21,046 003 . 10^15 Hz_laboratoire

La période broglienne dans le repère du laboratoire, inverse de la fréquence : 95,02992 . 10^-18 secondes par cycle.

C’est mieux lisible ?

"for bien mais pourquoi faire dans quel but pour en déduire quoi ?

"
Là j’espère que vous aurez compris, non pas mon échange avec JC_Lavau du 5 avril (totalement hors de portée aujourd’hui) , mais la difficulté de la tâche qui vous attend si vous êtes vraiment sérieux dans l’intention de suivre mon enseignement...

Nonobstant, merci encore sincèrement pour votre participation, & en particulier pour votre question ci-dessus, qui pourraient servir à plus d’un !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe